Partagez|

J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Kyrielle - La Luna
La luna R
avatar
Messages : 304
Tomates : 160
Date d'inscription : 26/03/2013
Age : 24
Double compte : Mikelangelo A. Sperandei

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Kyrielle
Arcane: La Luna 18ème Arcane
Métier: Tueuse à l'Arcana/Membre de l'Epée
MessageSujet: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Lun 1 Juil - 23:15

Quelle heure était-il à peu près ? Aucune idée, en tout cas il devait être pas bien tôt. Disons plutôt que c’était la fin d’après-midi actuellement… Bien que n’osant lever son regard fragile vers le ciel pour savoir où était l’astre du jour et déterminer un peu plus facilement l’heure. Mais on va dire que le fait que la chaleur était tombée il y a de ça un bon moment, on pouvait supposer que c’était la fin de journée. Ce n’était pour s’en plaindre en tout cas, loin d’être une grande fan du soleil ou même de la chaleur à tout va. Non seulement son Arcana n’était pas favorable à ce dernier, mais en plus en tant qu’Anglaise de pure souche on pouvait affirmer qu’elle préférait largement la pluie au beau temps. Ce n’était pas pour rien que la jeune fille cachait souvent sa peau sous des tissus plutôt longs. En bref, revenons à la situation du moment. En l’occurrence une jeune membre de l’Arcana qui était en mission à l’Arte. Ce qu’elle devait faire ? Disons que cela ne changeait pas beaucoup d’habituellement. Lorsque la jeune fille était poussée à quitter Regalo c’était soit pour une bonne raison, course, voir quelqu’un, quelque chose éventuellement. Ou comme les trois-quarts du temps pour une mission. Pourquoi n’aimait-elle pas aller dans la Capitale ? Lieu de bien des activités. Pour une seule et bonne raison selon elle. Regalo était tout de même la ville la plus sûre pour elle, du moins de son point de vue. S’il y avait bien une chose qui pouvait faire trembler notre demoiselle, c’était bien ce fameux Chef des Momento. Ce fou qui lui avait imposé la carte de la Lune. Rien que de l’imaginer surgir à un coin de rue lui faisait avoir des frisons. Impossible d’imaginer ce qui se passerait si elle se retrouvait face à lui. De plus savoir qu’elle pourrait croiser un membre des Momento ne la rassurait pas des masses. Préférant se faire oublier, dès que possible elle restait à Regalo qui était régné d’une main de maître par Arcana. Ce n’était pas pour rien qu’elle était allée travailler là-bas d’un côté. Bref, quelle était la cible du jour ? Un homme, elle n’avait en fait aucune idée de ce qu’il avait fait exactement, mais il avait réussi à filer entre les doigts de la Famiglia en quittant au final la ville. Espérant échapper à sa sanction. Vu le nombre d’Arcanes Mineurs qui avaient été victime de ce dernier. Quelques tueurs avaient été envoyés sur place. Du moins, des membres de l’épée là pour se charger une bonne fois pour toute de son cas.

Elle n’était bien sûr pas seule à arpenter la ville. Chacun sa technique. Notre jeune fille est une tueuse à la base, du moins elle fait beaucoup de genre de mission, c’est pourquoi elle agissait en tant que tel. Calme, voir même impassible à ce qui se déroulait autours d’elle, la jeune femme tentait de repérer tant bien que mal sa cible. Mais pour tout vous dire, ce n’est jamais simple de trouver une personne précise sans savoir où exactement la trouver. Votre seul indice est son nom et prénom, ainsi qu’une photo de lui. S’arrêtant au milieu de la grande allée marchande, la jeune fille réajusta son fusil accrochée dans son dos pour que ce dernier ne s’affaisse pas légèrement et assomme un passant. Sortant le petit papier de sa mission avec dessus le peu d’info qu’il y avait marqué dessus. Il pouvait être n’importe où ! Même en demandant à des patrons de boutique ou autre, pas moyen de savoir où il pouvait se trouver. Non.. elle n’allait quand même pas tout simplement rentrer en annonçant ne pas avoir pût mettre la main sur lui, qu’il lui a échappé et fin de l’histoire ? Soupirant, exaspérée de ne pas avancer dans son objectif, la demoiselle continua sa route. Espérant ne pas rentrer trop tardivement à Regalo, déjà qu’il était plus difficile de trouver un train pour rentrer, si en plus elle se retrouvait à errer dans les rues d’Arte à chercher cet homme. Si ça se trouve il n’était déjà plus là. Enfin.. ça serait tout de même étonnant, Arcana a fait bloquer et fouiller tout moyen de sortir de la ville. Rapide et efficace, seul se cacher dans la ville lui permettrait de survivre. Décidant de se rendre dans les rues plus peuplées, même à cette heure la jeune fille faisait décidément un peu tâche avec son armement sur le dos. Bien qu’elle ne s’était pas spécialement encombrée non plus. Deux pistolets, sans compter celui caché sous sa jupe ainsi que son fusil accroché au dos. Toujours à se demander comment une si petite et frêle demoiselle peut porter autant de chose. Car je peux vous assurer que des armes ainsi qu’une petite série de recharges attaché sur soit c’est lourd. Et courir avec elle sait faire !

Une fois la rue parcourue en long en large en travers, rien. Personne en vue. Du moins pas l’intéressé. Non pas qu’elle voyait tout du premier coup et que sa vue était irréprochable, mais disons qu’elle avait une certaine confiance en cette dernière et qu’elle était bien plus développée que la moyenne. Soufflant un coup, repoussant les quelques mèches de cheveux qui barraient son visage, la contractante de la Luna se décida finalement à peut-être changer de quartier ? Bon sang, poursuivre quelqu’un est plus simple, et la traquer à Regalo aussi. Si elle mettait la main dessus elle lui collerait une balle entre les deux yeux pour sûr ! Faisant volte-face, ne voulant pas s’éloigner de la rue principale, quand on ne connait pas la ville hein autant ne pas tenter le diable et rester méthodique dans sa recherche. Un choc l’a fit s’arrêter net. Quelque chose venait de se cogner sur son fusil, ou plutôt quelqu’un. Se tournant vers la personne qui semblait être un grand rouquin la jeune fille lâcha par reflexe.

- Excuse me !

Avant de se rendre compte qu’elle parlait la mauvaise langue. Kyrielle dût se dire qu’il allait comprendre. Sans trop savoir qui c’était. Se décidant à lui demander de l’aide éventuellement ? S’il était du coin… Et puis au  point où elle en était. Reprenant en italien, parlant tout de même avec son fort accent Anglophone. Heureusement qu’elle avait acquis une assez bonne maîtrise de la langue à force…

- Vous n’auriez pas vu cet homme.. ?

Remettant son arme sur le dos, la jeune fille tandis la feuille de papier avec dessus la photo du visage de la cible. Elle posait cette question comme si de rien était…

~~~~~~~~~~~~~~~~~

♥️
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn Shirenge - Bagatto
Staff Cookie
avatar
Messages : 307
Tomates : 33
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 24
Double compte : Regan & Setsuna

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Reyn Shirenge
Arcane: Il Bagatto (envers)
Métier:
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Dim 21 Juil - 9:35

Tradimento était une toute petite ville, vraiment. On n'y trouvait pas beaucoup de commerces, et encore moins de bien fréquentés. Non mais franchement ! Vous en connaissez beaucoup, vous, des villes qui n'ont pas d'artificier ? Après tout, ce n'est pas parce qu'on habite dans un coin paumé – ou dans le cas de Tradimento, qui manquait cruellement de cet esprit festif qu'exprimaient les feux d'artifices – qu'on n'a pas envie de voir une belle bleue de temps en temps sans avoir à faire le trajet jusqu'à une commune voisine... Voyez donc où cela à mené Reyn : à Arte. Car il avait eu beau cherché et se renseigner, pas moyen de trouver un seul vendeur de poudre d'artifice dans la ville des Momento. Et vous me direz qu'il aurait très bien pu aller à Regalo, mais figurez-vous que, lors de sa dernière visite, son incendie avait fait brûler une partie des rues marchandes... Qui comprenait le meilleur artificier de la ville rivale. Quelle ironie, et dire que c'était le feu d'artifice produit ce soir-là, alors qu'il était en compagnie de Karen, par la rencontre entre ses flammes et les marchandises de cette boutique qui lui avait donné envie d'illuminer de nouveau le ciel. Bon, ce qui était dommage par contre dans ces spectacles nocturnes, c'était qu'on ne voyait plus très bien les étoiles. Cela le dérangeait pour une raison étrange – surtout depuis un certain événement qui s'était déroulé dans sa chambre -, mais bon pour une nuit la voûte céleste pouvait bien changer d'éclairage. Et, bien évidemment, le pyromane n'aurait pas besoin de chercher de quoi allumer les mèches bien longtemps compte tenu de son pouvoir... Après, si par malheur il se trouvait pile à ce moment à un endroit bien particulier et que ses flammes s'avéraient plus intenses que nécessaire, ce n'était pas bien grave ! Au moins, les personnes présentes pourraient se régaler les yeux : un feu d'artifice et un incendie en même temps, c'était un spectacle à ne pas manquer.

Bref, le jeune homme se baladait donc dans la capitale de la petite île, qui était aussi le seul terrain neutre entre Arcana et Momento. Le boulot n'avait pas fait long feu aujourd'hui, ce qui lui avait laissé le temps de faire une petite escapade pour trouver un artificier dont beaucoup faisaient l'éloge... Comment, vous vous demandez ce qu'il faisait donc à errer s'il avait un but précis ? Eg bien, on pouvait dire qu'il visitait.... Ou qu'à un moment ses pas ne l'avaient pas menés dans la bonne direction, au choix. Quand il s'en rendit compte, Reyn pesta intérieurement : au moins, les deux autres villes étaient tellement petites qu'y prendre la mauvaise route à un carrefour était impossible... Oui, car il faudrait déjà qu'on y trouve des croisements de plus de trois rues. M'enfin. Il revint sur ses pas, et se retrouva finalement sur la grande artère perpendiculaire à la rue qu'il recherchait. Ah là là, se fier au petit peu qu'il savait d'Arte pour s'y orienter n'avait peut-être pas été une si bonne idée finalement, mais au moins désormais notre bourreau savait par où aller... Ou du moins, pensait. Mais une, deux, puis trois rues adjacentes plus tard, il se rendit compte de son erreur : il avait emprunté l'axe dans la mauvaise direction. Son sens de l'orientation n'était pourtant pas mauvais ! Qu'est-ce qu'il se passait, ce soir ? Pestant contre lui-même, le Bateleur se promit d'emporter une carte la prochaine fois. Pour la peine, ce ne serait pas étonnant qu'il s'arrange pour que son futur fournisseur d'amusement en poudre change d'adresse... Tiens, pourquoi ne pas lui demander de venir à Tradimento ? D'accord ce n'était pas le coin le plus agréable à vivre mais on s'y faisait et, au moins, se procurer de quoi créer des feux d'artifice serait plus facile. S'il ne voyait pas tout que par son propre intérêt ? Mais non voyons, ce qu'il allait faire avec sa future acquisition profiterait à tout le monde... Enfin, de son point de vue.

Mais bon, pour mettre la main sur ladite acquisition, encore fallait-il que Reyn trouve cette fameuse boutique. S'arrêtant net pour faire demi-tour sans penser que les éventuelles personnes présentes derrière lui pourraient rouspéter, il fit deux pas à vive allure... Et fût arrêté net par un choc contre ses côtes. Une petite grimace lui échappa – ce n'est pas agréable de se prendre quelque chose entre les côtes quand on a de l'élan – , puis le rouquin baissa la tête avec un air agacé sur le visage afin de savoir ce qui l'avait percuté, prêt à donner un cours sur les bonnes manières et comment faire attention à ce qui nous entourait quand on était en public. Oui, venant de lui, c'était parfaitement logique, ce n'était pas son genre de chercher les ennuis et de provoquer juste pour s'amuser, qu'importait le lieu et l'heure...
Son regard dériva donc vers le bas. Autant dire qu'il s'était attendu à pas mal de choses, mais certainement pas à voir une crosse de fusil. Son expression passa de l'irritation à un léger étonnement, qui se traduit par un subtil haussement de sourcils. Mais ce n'était pas fini, car une petite voix qui lui parla en anglais – langue peu commune sur cette petite île - le fit poser les yeux sur une menue jeune femme qui se trimbalait avec un attirail sur le dos. Voilà qui n'était pas courant, une si jeune et fine demoiselle qui transportait non seulement un fusil, mais aussi des pistolets et les munitions qui allaient avec. Ou comment piquer l'intérêt de notre trublion favori rapidement, faut dire qu'il aimait bien ce qui sortait de l'ordinaire et cette petite brune semblait bien divertissante. Mais avant tout, il lui fallait se venger – gentiment, il afficha donc un sourire transpirant de raillerie.

-No it is my bad, I didn't see you.

Oui, lui aussi savait parler anglais même si c'était avec un petit accent italien. C'était séduisant, non ? Merci papa globe trotteur qui avait absolument voulu enseigner cette langue universelle à son fils. Bon, si Reyn avait fait des efforts pour parler le langage de la jeune inconnue, il n'avait en revanche pas hésité à se montrer un peu taquin... « je ne t'avais pas vue », ou encore « tu es tellement petite que je ne t'avais pas remarquée ». Ben quoi ? C'est vrai qu'elle n'était pas bien grande !... Enfin surtout comparé à lui, mais ça, c'était autre chose.

Mais le contractant d'Il Bagatto découvrit ensuite qu'il aurait pu s'éviter cette peine, puisque la jeune femme était en fait bilingue. Ses origines anglophones s'entendaient dans son italien, mais elle connaissait assez bien la langue du pays en forme de botte pour lui demander s'il n'avait pas vu l'homme de la photo qu'elle lui montra – il nota quand même au passage qu'elle venait de le percuter avec son fusil, mais venait de lui demander son aide comme si de rien n'était, décidément elle semblait drôle cette petite.
La réaction du jeune homme ? Tout cela ne faisait que l'amuser. Franchement, il faudrait être idiot pour ne pas comprendre ce qu'une personne armée voulait quand elle montrait l'image d'un homme. Tout comme il faudrait manquer de goût pour ne pas trouver cela digne d'attention. Lui, être répugné à l'idée qu'elle puisse être une tueuse ? Penser que cela provoquerait chez lui une quelconque indignation en tant qu'être humain serait mal le connaître, après tout ce tortionnaire était loin d'être empathique ou de détester les meurtres. En fait, pour l'instant, ce petit bout de femme l'intriguait plus qu'autre chose. Tiens, ce serait fun de la voir à l'action ! Surtout que, en voyant le visage sur la photo, il se souvint l'avoir vu un peu plus loin... Bon par contre, il ne savait pas par où cet homme était parti. Mais Reyn espérait tout de même pour lui que ses jambes étaient habituées à courir, et vite... Une course poursuite, que ce serait palpitant !
Se passant la main sur le menton en faisant mine d'étudier la petite image, il reporta ensuite son regard d'ambre, qui ne montrait pas s'il disait la vérité ou non, sur la demoiselle à qui il répondit avec une mine sérieuse.

-Si je te réponds oui, tu me laisseras le chercher avec toi ? Il rit légèrement et eut alors un sourire entendu pour lui faire comprendre qu'elle ferait mieux d'accepter, puis se présenta à celle qui serait son associée du soir, qu'elle le veuille ou non, pour qu'elle fasse de même. Je m'appelle Reyn.

Son ton était joyeux, après tout cela ne faisait pas partie de ses plans mais l'imprévu a parfois du bon, et celui-ci allait certainement lui plaire. Le métis passa ensuite un bras sur les épaules de la jeune femme et se pencha un peu vers elle pour lui glisser tout bas d'une voix lourde de sous-entendus :

-Mais dis-moi... Que comptes-tu faire, une fois que tu auras mis la main sur cet homme ?  

Juste pour confirmer ses doutes... Ou pour voir s'il pouvait la faire un peu tourner en bourrique, effectivement. C'est toujours un bon passe-temps, que de rire aux dépends des autres.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Merci à Lyria pour le kit ♥️
DCs : L. Regan Castelli, Setsuna Hopefield. Couleur : goldenrod


La classe ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle - La Luna
La luna R
avatar
Messages : 304
Tomates : 160
Date d'inscription : 26/03/2013
Age : 24
Double compte : Mikelangelo A. Sperandei

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Kyrielle
Arcane: La Luna 18ème Arcane
Métier: Tueuse à l'Arcana/Membre de l'Epée
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Mer 7 Aoû - 19:39

Quoi de plus naturel que de percuter un homme avec son fusil, certes par accident mais tout de même pour ensuite lui demander s’il n’avait pas vu passer tel ou tel homme ? Quoi ? Vous ne trouvez pas ça naturel vous ? Pourtant Kyrielle l’avait fait. On peut même dire qu’elle n’avait pas trop réfléchit au pourquoi du comment sur le coup. Elle était là parce qu’on l’avait envoyé, pas pour le plaisir de se balader avec une armurerie sur le dos et faire prendre l’air à ses armes hein. Oui, la petite brune avait pour habitude d’en porter une tout le temps sur elle, mais de façon beaucoup plus discrète, à savoir un pistolet toujours attaché à sa cuisse sous sa jupe. Je peux vous assurer que le premier qui met la main dessous pour vérifier risque de ne plus avoir de main… Petite et frêle tout de même, mais méfiez-vous des apparences, c’est une tueuse pour l’Arcana je vous le rappel. Et la jeune fille a tout de même l’habitude de se balader avec diverses armes sur le dos, ce qui fait tout de même son poids au final. Petite, pas mal proportionnée à sa fine silhouette, mais pas dépourvu de muscle au contraire. Bref, tout ceci uniquement pour dire qu’elle avait naturellement demandé à ce.. roux ? Si sa cible était dans le coin ni plus ni moins. Pour être franche, elle s’attendait un peu à de tout comme réponse. Soit qu’on lui réponde pas du tout, voir même la dévisager étrangement, à la réponse toute simple qui consiste à oui ou bien non. Mais non, cet homme qui lui avait répondu plus tôt dans sa langue natale semblait ne rien faire comme tout le monde, puisqu’il alla même lui demander s’il pouvait l’accompagner s’il disait oui. Haussant les sourcils, pour le coup la demoiselle était bien désemparée face à cette réaction. Bien tenté d’ailleurs de lui parler en anglais par pur flemme, elle se garda cependant de le faire, souhaitant pratiquer le plus possible la langue locale pour mieux la maîtriser. Ce n’est pas encore parfait quoi, même si on la comprenait c’était le minimum !

Plantée devant lui, Kyrielle garda en somme le silence tandis qu’il reprenait la parole, sur un ton étrangement joyeux. Il y avait quoi de drôle dans l’histoire ? Avait-elle loupée un épisode de la conversation.. ? Il eut droit par ailleurs au prénom de l’homme. C’était bien gentil, mais elle ne lui avait pas demandé. La tueuse ne venait pas pour avoir une discussion mais pour avoir un simple renseignement et repartir jouer au chat et à la souris, mais non, les choses ne sont pas si simples. Gardant encore et toujours le silence, la demoiselle se demandait sérieusement si elle n’aurait pas plus vite fait de continuer sa route et faire comme si elle ne lui avait jamais parlé. Mais, après tout s’il disait ça, cela voulait probablement dire qu’il l’avait croisé. C’était bien la seule raison qui la poussait à ne pas simplement détourner le jeune homme. En revanche, ce qui l’irrita légèrement, pour ne pas dire qu’elle n’aimait pas vraiment ce geste tout simplement, c’était le fait qu’il passa son bras autours de son cou. D’accord, il ne faisait rien de bien méchant ? Mais Kyrielle n’était pas très friandes de tout contacte un peu trop proche entre des personnes, ainsi ce genre de geste les hommes peuvent se les garder pour des femmes plus ouvertes. Traitez-là de ce que vous voulez, c’est ainsi et elle s’assume, cela ne l’empêche pas de bien s’entendre avec des hommes après tout. La voix grave de l’homme se glissa alors jusqu’à son oreille, comme si elle voulait se faire lourde sur ses épaules, lui demandant ce qu’elle comptait faire une fois la main mise sur cet homme.. ? Après une seconde ou deux d’immobilité, elle tourna légèrement son visage pour pouvoir voir le visage de cet homme. Il était trop près, beaucoup trop proche de son regard aussi… Elle repoussa son bras autours de son cou avant d’avancer d’un pas pour s’éloigner de lui. Trop de proximité, trop proche de son œil gauche. Trop de choses mauvaises en somme.

- Ce que je compte faire ? Le saluer comme il se doit.

Un sourire étrange vint appuyer ses paroles. En somme il était parfaitement facile de comprendre ce qu’elle entendait par saluer. Après libre à la personne en face d’elle de croire ce qu’elle veut. Remettant son fusil dans son dos qui une nouvelle fois glissait, mais cette fois-ci à cause de cet homme-là devant elle. Kyrielle prit alors une moue dubitative en le regardant. Que faire maintenant ? Il ne semblait pas vraiment décidé à cracher le morceau et partir dans son coin dans demander son reste, non bien sûr c’était trop demandé. Haussant finalement les épaules, elle accepta de donner son prénom, de toute façon il ne valait rien et puis.. il n’y avait de toute façon pas de nom de famille pour aller avec.

- Moi c’est Kyrielle. M’accompagner ne servirait à rien.  Un sourire en coin tandis que son regard dévia sur le côté. Je n’ai plus besoin de ce renseignement…

Oui vous ne rêvez pas, l’homme qu’elle cherche justement passait pas trop loin d’eux, du moins il était visible par elle. Ça sert de courir après des cibles dans les foules assez souvent non ? On a l’œil ! Sortant finalement son fusil pour vérifier qu’il était chargé d’un geste expert, elle se contenta de hocher la tête devant Reyn.

- Très bien Reyn, je te souhaite une bonne journée. I’m working.

Pourquoi finir la phrase en anglais ? Allez savoir, vu qu’il lui avait répondu plus tôt, il allait très certainement la comprendre de toute manière. La contractante de la Lune ne comptait de toute façon pas l’empêcher de la suivre s’il voulait ? Du moment qu’il ne la gênait pas dans son travail, et s’il repartait et bien.. voilà ? Ignorant les passants choqués ou dérangés par son armes sortit, la demoiselle ne quittait pas l’homme du regard plus loin. Ce dernier s’approchant de rue beaucoup moins grande, bien que gardant un pas lent. Elle pourrait lui tirer dessus au milieu de la foule non.. ? Hm, un peu trop de monde, ce serait bête de tuer un innocent. Oh, elle l’aurait bien, maintenant qu’il était dans sa ligne de mire, elle ne comptait pas le laisser quitter cette ville vivant. Et étrangement, cette sensation de jouer au chat et à la souris mais d’être le chat surtout dans l’histoire, lui plaisait… Mais c’est pour la bonne cause !

~~~~~~~~~~~~~~~~~

♥️
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn Shirenge - Bagatto
Staff Cookie
avatar
Messages : 307
Tomates : 33
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 24
Double compte : Regan & Setsuna

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Reyn Shirenge
Arcane: Il Bagatto (envers)
Métier:
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Jeu 15 Aoû - 19:14

Se prendre la crosse d'un fusil entre les côtes n'a rien d'agréable, croyez-en l'expérience de Reyn. Mais bon sang, qui se baladait donc avec ça sur le dos en plein milieu de la capitale ?... Eh bien à sa grande surprise, c'était une mince jeune femme. À première vue elle ne payait pas de mine, pourtant un coup d’œil à l'armurerie qu'elle se trimbalait la faisait tout de suite paraître plus menaçante la petite, surtout qu'un fusil n'était pas l'arme la plus légère qui soit donc elle cachait bien son jeu. Mais cette demoiselle aimait sortir avec toute sa panoplie d'armes, ou quoi ? Peut-être qu'elle était une maniaque incapable de sortir sans, quitte à attirer l'attention – autant dire qu'elle n'avait pas choisi la meilleure manière d'être discrète – et/ou qui aimait montrer sa collection à tout le monde, allant même parfois jusqu'à stopper le premier passant venu pour lui mettre l'un de ses pistolets sous les yeux tout en lui expliquant ses propriétés, ses avantages et ses inconvénients et peut-être même à raconter sa petite histoire en commençant par préciser sa date de fabrication. Ou alors si cela se trouvait, la brunette était tout simplement du genre hyper méfiante et ne pouvait pas se sentir en sécurité si elle ne sortait pas avec au moins ce poids en ferraille perforante, quelqu'un qui psychote rapidement et braque une arme sur la première personne qui tente de l'approcher alors qu'elle n'a absolument pas montré qu'elle voulait avoir quoi que ce soit à faire avec, voir même une fille qui était du genre nerveuse à la gâchette facile dans ce même cas de figure.

Mais au final, selon le rouquin, ce n'était ni l'un ni l'autre. S'il en jugeait par le fait que la jeune femme venait de lui montrer une photo en demandant s'il n'avait pas vu l'homme dessus, elle était en fait un assassin. Le charme et le choc, voilà qui était prometteur ! Et puis, ce n'est pas drôle de tomber sur une tueuse en mission ? Pour lui si, surtout qu'elle avait l'air marrante cette petite : d'abord on donne un coup bien placé, ensuite on pose les questions comme si de rien n'était, comme si... Ce n'était pas évident, que ce pauvre était une cible à abattre. Alors soit elle était un peu déconnectée de la réalité et ne se rendait pas compte que ce qu'elle venait de faire aurait choqué un passant normal, soit la brune savait parfaitement ce qu'elle faisait et n'avait pas peur qu'on appelle la police pour qu'on vienne l'enfermer. Bizarrement, Reyn penchait plutôt pour la première option – et irait même jusqu'à ajouter que, pour la tueuse, c'était tellement naturel qu'elle ne comprendrait pas qu'on puisse trouver ce comportement étrange. En revanche elle dut trouver sa question étrange, si son haussement de sourcil traduisait bien de la surprise... Ben quoi, c'était la première fois qu'on lui demandait si on pouvait aussi chercher cet illustre inconnu ? Promis le Bateleur ne la dérangerait pas... Comment ça, c'était effectivement une réaction peu commune ? Mais laissez-le tranquille voyons, oui la chasse à l'homme l'amusait et alors ? Notez qu'il était bien placé pour parler de réactions « normales ».

Quoi qu'il en soit la demoiselle ne répondit pas immédiatement à sa proposition d'association, alors que le bourreau avait presque clairement annoncé avoir effectivement un bonhomme qui ressemblait à celui sur le portrait, puis avait donné son nom. Ça l'avait tant surprise que cela ? Bah, cet effet passera bien. En attendant, il voulait la taquiner... Et ne trouva rien de mieux que de passer un bras autour de ses épaules pour lui demander doucement ce qu'elle comptait faire avec ce type. Le contact ne sembla pas être à son goût, peut-être la petite brune était de la catégorie des gens coincés ? On pourrait aussi supposer qu'elle était timide, mais de cela Reyn doutait un peu plus quand même. Non, cela ressemblait plutôt à une gêne envers les contacts physiques. Était-ce limité aux hommes ? Allez savoir, il n'allait pas arrêter une passante et lui demander de reprendre la position pour en avoir le cœur net non plus hein. Bref, après un moment d'immobilité totale – comme si on l'avait recouverte de plâtre pour la transformer en statue –, l'inconnue armée jusqu'aux dents tourna légèrement la tête vers lui... Tiens, en voilà un drôle de phénomène, on pourrait presque croire qu'elle s'était tatoué l’œil gauche en le regardant de près : une sorte de symbole s'y dessinait. Sans vraiment s'interroger à ce sujet, le jeune homme se laissa gentiment faire quand elle poussa son bras pour s'écarter - et fit même un pas en arrière, parce qu'il était gentil.

Après cela la jeune femme eut un sourire étrange mais surtout prometteur du point de vue de son interlocuteur, pour annoncer qu'elle comptait saluer sa cible comme il se doit... Oh ben dans ce cas, il s'en voudrait de rater cela, c'était tellement prometteur ! Faisant apparaître un sourire sadique sur son visage et une note sombre dans la voix, Reyn répondit :

-Voilà qui me donne encore plus envie de participer...

Il s'en était presque passé la langue sur les lèvres, m'enfin. Suite à quoi elle lui donna enfin son prénom, ce qui allait s'avérer pratique puisqu'il avait décidé de la suivre même si Kyrielle était contre. Et la suivre servirait à son amusement voyons, c'était une cause nationale (hahem).
Mais c'est alors que subitement, son regard dériva. Un sourire en coin apparut, tandis qu'elle annonçait ne plus avoir besoin du renseignement... Non, est-ce que par hasard... ? Pivotant la tête pour porter son attention dans la même direction que la demoiselle, le pyromane put voir au loin le portrait craché de la cible. Oh oh, un début en trombe on dirait bien, d'ailleurs la tueuse n'avait pas perdu de temps pour le saluer avant de poursuivre le bonhomme. Bouh, on voulait lui fausser compagnie aussi vite ? Ce n'était pas gentil. C'est bien pour cela qu'il ne se priva pas pour la suivre joyeusement, en suivant les mouvements de la souris des yeux : il se dirigeait vers des rues plus étroites, un terrain de jeu parfait pour une petite chasse. Tapotant l'épaule de la brunette pour attirer son attention, notre métis proposa un plan.

-Et si on se séparait ? Je lui cours après dans les rues et toi, tu grimpes en hauteur.

Ce n'était pas idiot, si ? En tout cas, l'idée lui plaisait bien, à lui, tellement qu'il n'avait pas tardé à suivre la trace de la cible – sans oublier d'attraper la première barre de métal qui passait par là, après tout on ne chasse pas à mains nues... C'est beaucoup moins pratique et pour beaucoup de choses. Maintenant, le jeu pouvait commencer.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Merci à Lyria pour le kit ♥️
DCs : L. Regan Castelli, Setsuna Hopefield. Couleur : goldenrod


La classe ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle - La Luna
La luna R
avatar
Messages : 304
Tomates : 160
Date d'inscription : 26/03/2013
Age : 24
Double compte : Mikelangelo A. Sperandei

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Kyrielle
Arcane: La Luna 18ème Arcane
Métier: Tueuse à l'Arcana/Membre de l'Epée
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Mar 27 Aoû - 19:13

Bon, la petite rencontre du moment allait maintenant se terminer chacun allait repartir dans son coin et mener sa petite et petite journée comme si de rien était non ? C’est du moins ce qui aurait dût se passer en tout logique, et ce que la demoiselle comptait même faire. Mais je peux vous dire que pour vous assurer il n’y avait pas grand-chose de logique dans la conversation des deux jeunes gens, il est vrai que demander à quelqu’un presque « bonjour, je veux tuer cet homme, où est-il ? » c’était parfaitement naturel non ? Encore heureux qu’elle n’était pas tombé sur quelqu’un qui souhaitait la dénoncer aux autorités de la Capitale en la prenant pour une simple tueuse ou autre chose du genre. Cela aurait assez comique, d’un point de vu ironique hein, qu’Arcana doive faire le déplacement pour aller la chercher et expliquer la situation. Oui elle avait le droit de tuer, et non ce n’était pas inscrit sur son front. Il faudrait qu’un jour elle songe à ce léger détail qui pourrait pourtant lui apporter bien des ennuis. Bon ce n’était pas le cas pour l’instant ainsi revenons-en à cette chasse à l’homme qui venait d’être lancé. Exactement, en pleine journée en pleine Capitale. Déjà elle n’avait pas vraiment peur de tirer dans la foule, du moins pas tant qu’elle était certaine de ne pas toucher un innocent dans le tas. Et de deux, sa victime semblait vouloir s’enfoncer dans des ruelles plus sombres. Pensant très certainement échapper à Arcana en patientant caché et filant en douce une fois que la garde serait baissée. Sauf que pas de chance, Kyrielle avait mis le grappin dessus. Son arme sortie, la voilà en train de se faire un passage dans la petite foule indignée, mais s’écartant tout de même. C’est fou, on se fait de suite bien plus respectée quand on a une arme entre les mains. Restant pour le moment à bonne distance pour ne pas attirer trop rapidement l’attention de l’homme sur elle et ainsi devoir lui courir après. La jeune fille semblait a tenter de l’éliminer aussi sec en tirant de là où elle était. Un tapotement sur son épaule attira son attention et l’a fit bien sûr sursauter sur le coup.

Que ? L’homme de tout à l’heure ? Qu’est-ce qu’il lui voulait encore ? Il comptait vraiment la suivre ce n’était pas une blague au final ? Ouvrant de grands yeux en le regardant, les sourcils levé, la jeune fille aurait dût lui dire de se mêler de ses affaires ou autre truc du genre, mais elle n’en fit rien. Parfaitement immobile une nouvelle fois, elle écouta Reyn lui proposer de lui le poursuivre dans les ruelles tandis qu’elle le suivait en hauteur. D’accord, tuer en hauteur avec un fusil était un vrai jeu d’enfant pour elle et quand elle pouvait se permettre ce genre de tuerie facile, elle le faisait. Mais pour cela il ne faut pas avoir besoin de courir après une cible, on aurait l’air bête à se retrouver à galérer à descendre rapidement d’un toit pour poursuivre quelqu’un. Tournant à nouveau la tête vers sa cible, elle se rendit compte que cette dernière avait déjà eu le temps de partir plus loin, s’enfonçant alors dans l’obscurité des ruelles. Kyrielle soupira. Il était bizarre ce roux tout de même, allez savoir ce qu’il avait derrière la tête, mais plus on restait éloigné d’elle mieux c’était selon la contractant de la Lune. Remettant son fusil contre elle, maintenant, il était inutile de rester en joue puisqu’il n’y avait plus de cible à viser hein. Détourant le regard de son interlocuteur elle lâcha juste.

- Tu es bizarre et bien collant à mon gout. M’enfin, tu as intérêt à pouvoir le ralentir un minimum et être utile.

Lâcha-t-elle tout simplement avant de prendre d’un pas léger et rapidement la direction de caisses en bois et de tirer sur une corde utilisé pour étendre le linge pour grimper rapidement en haut avec la force de ses petits bras. Elle n’aimait pas vraiment ce genre d’exercice et n’étaient pas des plus à l’aise dans ce genre de moment mais bon… Et non, vous ne rêvez pas, elle venait bien de dire à cet homme qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam qu’il avait intérêt à être utile sachant qu’il allait de toute façon perdre son temps dans une mission qui n’était même pas la sienne, c’était pas comme s’il allait être payé quoi. Mais quand on se met à utiliser une ton décontracté avec elle, tant qu’il ne s’agissait pas de ses supérieurs à l’Arcana ou truc du genre, la demoiselle avait la capacité de parler de façon tellement naturel… De plus, la notion de tu et vous n’existes pas dans sa langue natale je vous le rappel ! Une fois en haut, la jeune fille reprit son fusil en main pour déambuler à pas rapide de toit en toit. Elle est petite et rapide au moins, c’est un des avantages à avoir sa corpulence au moins. S’aidant de la tâche rousse plus loin en bas pour se repérer, la demoiselle ne tarda pas à dominer du haut du toit une scène plutôt amusante. Puisque l’inconnu, du moins, l’homme dont elle ne connaissait que de prénom, venait de coincer sa petite victime dans une impasse.  Ce dernier avait très certainement dût paniquer en le voyant le suivre, surtout qu’il n’était pas venu les mains dans les poches au final, s’étant trouvé une arme de fortune pour l’occasion. Immobile, elle resta un bref instant à le regarder faire, avant de décider qu’il était temps d’en terminer. Kyrielle sortit son fusil pour tranquillement pour une fois se poser et viser. Elle était assez loin, mais son fusil était parfait pour ça, avec sa vue cela donnait un mélange parfait !  Cependant, son regard fût attiré par autre chose que sa cible du jour. Puisqu’il remarqua que derrière des poubelles comme abris de fortune quelqu’un avait pris son compagnon de mission du jour pour cible. Tiens, cet homme avait des amis dans le coin alors ? Elle tira. Ne laissant pas l’occasion au dit homme de tirer. Se relevant sans plus attendre, elle se laissa glisser sur une fenêtre plus basse pour finalement sauter sur une grosse poubelle ouverte, comptant sur sa visée naturelle pour tomber dans cette dernière et ainsi être amortie de sa chute. Bien sûr la fenêtre où elle était n’était pas trop haute…

Une fois en bas, la demoiselle tituba légèrement en se redressant pour se mettre derrière Reyn dos à lui et sortir cette fois-ci deux pistolets pour se préparer. Elle lâcha juste à son attention.

- Cette souris a des amis je crois. Les rues sont trop étroites pour utiliser les toits. Dans ce cas je vais te demander de le surveiller pour moi ? Mister Reyn…

Non ce n’était pas un ordre, mais bel et bien une demande. Ne sachant combien ils étaient la demoiselle allait avoir certainement du fil à retordre même si ce genre de situation était tout de même dans son quotidien du boulot. Prête à faire feu elle attendit qu’une cible passe dans son champ de vision. Finalement, pas si rapide que ça la mission. Alors Reyn ? Qui es-tu ? Si tu es quelqu’un de normal, ce qui ne semble pas être le cas mais bon, tu devrais songer qu’accompagner cette jeune anglaise était une mauvaise idée…

~~~~~~~~~~~~~~~~~

♥️
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn Shirenge - Bagatto
Staff Cookie
avatar
Messages : 307
Tomates : 33
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 24
Double compte : Regan & Setsuna

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Reyn Shirenge
Arcane: Il Bagatto (envers)
Métier:
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Dim 6 Oct - 19:15

Reyn aimait l'original. Ou plutôt, il aimait ce qui sortait de l'ordinaire. Le quotidien ça va un peu, on apprécie tous ces périodes de calme pendant lesquelles tout ce que nous voyons, faisons et j'en passe n'est que du réchauffé d'hier et de l'avant-veille... Mais pour être capable de se contenter de tourner en rond avec ses petites habitudes, ne jamais explorer de terrain vague, il fallait être un poisson rouge. Comprenez : quelqu'un qui ne s'en contente pas vraiment. Après tout ces êtres écailleux qu'on met dans un bocal pour se sentir moins seuls n'ont d'une pas le choix et, de deux, ce n'est pas sûr qu'ils aient conscience qu'ils pourraient nager comme bon leur semble s'ils étaient dans l'océan avec la plupart de leurs semblables. Mais aussi et surtout, ils ne subissent pas leurs incessantes rondes dans l'aquarium comme une habitude morne et monotone... Puisqu'ils ne se souviennent pas qu'ils ont déjà fait ce circuit récemment. Au final c'est peut-être la solution miracle à l'ennui induit par des journées trop ressemblantes entre elles tiens ! Si chaque chose, même la plus banale qui soit, représente une découverte quotidienne pour nous, adieu le monocorde barbant ! Ah là là, quelle chance ils ont ces poiscailles de pouvoir s'émerveiller devant tout et rien... Dire qu'ils ne s'en rendent probablement pas compte, puisqu'ils ne savent pas à quel point ce qui est uniforme est ennuyeux.

Enfin même s'il arrivait que notre bourreau envie ces créatures rouges - ou pas -, il n'aimerait pas être à leur place pour autant. Sa bipédie lui manquerait et puis, lui demander de vivre dans l'eau serait cruel envers ce pyromane confirmé. Non, il voulait que sa vie soit pimentée, mais hors de question de devoir céder sa liberté de mouvement et  l'intelligence que possèdent les Hommes en échange ! Vous savez bien qu'il était du genre avare : lui voulait tout, quitte à créer lui-même les bouleversements dans son quotidien. Oh ne vous en faites donc pas, Reyn ne sortait pas s'amuser tous les jours ! Après tout, ce n'était pas à chaque fois qu'il décidait de ne compter que sur lui-même pour le côté piquant : parfois, un événement se produisait pile au bon moment – vive les heureuses coïncidences. Et puis de temps à autres aussi, un fait se produisait alors qu'il n'en avait pas spécialement l'envie, bien souvent dans ces cas-là le rouquin le laissait jeter ses plans par la fenêtre en riant et, une fois l'action passée, était assez satisfait pour ne pas chercher de nouvelle perturbation pendant un moment. Après tout faire ce qu'on a envie ou nous devons de faire est important, mais quand un contre-temps nous en empêche il faut savoir l'apprécier, y trouver du plaisir, en jouer. Les imprévus sont souvent une occasion de vivre une expérience peu commune, alors accueillons-les à bras ouverts ! Enfin nous ne parlons là que des imprévus qui sont ne serait-ce qu'en partie positifs hein.

Quoi qu'il en soit, dans l'animation inattendue qui avait pris la forme d'une rencontre avec la jeune Kyrielle ce jour-là, le Bateleur n'avait absolument rien influencé. En fait on pouvait dire que ce n'était vraiment pas de son fait, puisque la demoiselle qu'il n'avait pas vue l'avait heurté avec son fusil pour ensuite lui demander des informations sur un individu. Comment ne pas trouver le combo femme armée + photo d'un inconnu intéressant, franchement ? Et comment – mais aussi pourquoi donc – résister à l'appel de la petite fête qui s'annonçait, avec pour thème la chasse ? Eh non vous ne vous trompez pas, qu'il soit le bienvenu ou non, Reyn avait décidé de participer. On saisit ses chances de s'amuser quand elles viennent ou on reste une personne inintéressante, que voulez-vous, et tant pis pour ses emplettes – la boutique ne s'envolerait pas de toutes façons. Bon Kyrielle n'avait pas vraiment dû s'attendre à cela vu comment ses yeux s'arrondirent quand il lui présenta une répartition des effectifs, mais ce n'est pas comme si elle avait le choix de toutes façons et puis, pourquoi serait-elle contre un peu d'aide ? Surtout avec la cible qui s'enfonçait d'un pas vif dans les ruelles. La tueuse avait finalement repris un visage impassible pour lui dire ce qu'elle pensait de lui et préciser qu'il avait intérêt à ne pas être un poids. Cela ne fit qu'accentuer le sourire du jeune homme.

-Yes ma'am ! Et merci pour les compliments~

Oui tout à fait, pour lui, « bizarre » et « bien collant » étaient mélioratifs... M'enfin c'était surtout par envie qu'il avait dit ça. Après, ce n'était pas lui qu'un avis pareil allait préoccuper, au contraire puisque « bizarre » pouvait s'entendre comme « sortant de l'ordinaire », chose qu'il appréciait – on ne pouvait pas le qualifier de mouton, il n'aimait pas spécialement être comparable aux autres et, pour être plus précise, aimait être meilleur qu'eux.
Suite à cela chacun partit de son côté, elle sur les toits et lui dans les ruelles. Notre métis avait commencé la poursuite d'un pas tranquille mais assez rapide, à une distance telle qu'il pouvait voir dans quelle direction le bonhomme tournait sans ce que celui-ci ne se doute de rien. Mais pour une partie de chat, ce n'était pas assez mouvementé... Du coup, alors qu'ils étaient sur une longue ligne droite, Reyn se mit à siffler de manière à ce que ce pauvre homme l'entende. Cela eut l'effet escompté : le traqué prit de la vitesse, presque immédiatement imité par son chasseur, et se mit à regarder par moments ce qui se passait dans son dos. Tiens, voilà encore de quoi l'embêter ! Car si le Momento donnait sa position, ce n'était pas de manière continue. Et comme sa cible semblait se retourner de manière régulière, il pouvait parfois faire en sorte de ne plus faire le moindre bruit et de ne pas être visible – et même parfois frapper les murs avec son bout de ferraille en restant dans le rythme de ses sifflotements. Quand on ne voit ni n'entend pas son poursuivant cela peut rassurer, mais si quand on regarde de nouveau devant nous une petite musique résonne et qu'on peut peut-être l'apercevoir en nous tournant encore une fois, ça devient stressant. La petite souris avait rapidement qu'elle avait plutôt intérêt à s'échapper, sauf qu'au bout d'un certain temps, son empressement la mena droit dans une impasse. Que c'était malencontreux...

Une vilaine joie ouvertement inscrite sur son visage, le jeune roux s'approcha d'un pas paisible vers l'homme. Étant à peu près sûr que ce dernier ne pourrait plus lui échapper – à moins de savoir voler –, il s'accorda un coup d’œil vers le haut : Kyrielle était bien là et serait bientôt en position de tir, parfait. Un léger rire lui échappa, tandis qu'il continuait sa progression sans changer sa vitesse. Notre trublion était à un pas de la cible, quand ses sens l'avertirent d'un danger, le faisant se retourner juste au moment ou un coup de feu retentissait. Un corps inanimé s'effondra, dépassant d'une poubelle, tandis que sa partenaire du jour descendre de son perchoir. Ses yeux d'ambre observaient le tout, mais rien ne l'empêcha de remarquer la tentative de fuite du gibier. Ah là là, on ne se plaisait pas en leur compagnie ? C'était pour le vexer ? Eh bien dommage pour ce pauvre personnage, mais Reyn le retint en chopant le col de sa cape puis le plaqua sans retenue contre le mur et de telle manière à ce qu'il se cogne la tête, histoire de le sonner un peu.
Pendant ce temps, la brunette s'était rapprochée d'eux.

-Merci bien.

Dit-il quand elle se mit dos à lui. C'est que le contractant d'Il Bagatto n'était pas un malpoli et qu'elle venait tout de même de lui sauver la vie.
Kyrielle dit alors tout haut ce qu'impliquait la présence du tireur ennemi ici, puis lui demanda de garder un œil sur la petite souris prise au piège. Il ne s'était étrangement pas attendu à cela de sa part vu comment elle n'avait pas semblé enchantée quand il lui avait dit pouvoir lui fournir des informations si elle le laissait l'accompagner, mais ça n'avait rien de mauvais... Enfin même si lui demander de rester là pendant que la jeune femme s'occupait des possibles adversaires, c'était mal le connaître. L'incendiaire fit non de la tête avec consternation avant de répondre.

-Ce serait avec plaisir, mais non.

Au moins, c'était dit. Mais ce n'était pas tout, car une idée trottait sous son crâne. D'un mouvement rapide et puissant, il broya alors le pied de leur homme à l'aide de son arme improvisée. Un cri de douleur se fit entendre bien évidemment, mais cela ne l'empêcha pas de s'attaquer ensuite à l'un de ses genoux – en changeant de jambe. Puis Reyn laissa la victime glisser jusqu'au sol avant de s'accroupir devant lui et lui saisir les cheveux pour le faire basculer le visage en arrière.

-Et si tu nous parlais un peu de tes autres amis ? J'ai très envie de savoir combien de personnes nous attendons encore et d'aller faire leur connaissance... Si tu réponds, la gentille demoiselle derrière moi pourrait bien te laisser la vie sauve~

Bon il parlait au nom de l'anglophone, mais elle ne lui en voudrait pas si c'était pour le faire parler hein ? Et puis notre pyromane avait bien utilisé le conditionel ! N'empêche, même à Arte on lui donnait la chance de jouer les bourreaux, si ce n'était pas gentil ! L'inconnu pleurait de douleur et était terrorisé, un état qui était souvent parfait pour tirer ce qu'on voulait savoir de quelqu'un. D'ailleurs, il ne tarda pas à user de sa voix tremblante pour satisfaire celui qui le traumatisait.

-D-deux... Il en reste deux...

Reyn le fixa froidement en évaluant les chances qu'il soit en train de mentir et décida qu'elles étaient bien minces, mais qu'on ne savait jamais. Du coup, il lui tapota le sommet du crâne avec le sourire.

-Je vois ! Tu nous aides bien... Mais gare à toi si jamais je découvre que tu as menti.

Aussi aimables pouvaient paraître son ton et son expression, la menace sous-entendue mais parfaitement présente et décelable. Au moins, la cible du jour ne pourrait pas dire qu'on ne l'avait pas prévenu. En parlant de lui sa réaction fut de déglutir bruyamment puis d'opiner du chef, suite à quoi notre demi-japonais se releva et reporta son attention sur Kyrielle.

-Tu as entendu ? Nous pouvons y aller !

Était-ce seulement normal d'être aussi gai dans une telle situation ? Bah, les Momento n'étaient pas réputés pour être des gens « normaux » de toute façon... Il indiqua au bonhomme qu'il poursuivait peu auparavant de ne pas bouger – en se doutant bien que ce n'était pas dans ses moyens avec un pied et un genou hors d'état –, puis la seconde partie pouvait commencer.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Merci à Lyria pour le kit ♥️
DCs : L. Regan Castelli, Setsuna Hopefield. Couleur : goldenrod


La classe ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle - La Luna
La luna R
avatar
Messages : 304
Tomates : 160
Date d'inscription : 26/03/2013
Age : 24
Double compte : Mikelangelo A. Sperandei

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Kyrielle
Arcane: La Luna 18ème Arcane
Métier: Tueuse à l'Arcana/Membre de l'Epée
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Mer 16 Oct - 20:06

En voilà une bien drôle de mission. Bon elle n’était pas bien extraordinaire pour la jeune fille non plus, elle était de toute façon appelée qu’en dernier recours, l’Arcana n’ayant pas pour habitude d’avoir des méthodes aussi extrêmes. Mais même l’homme qui était à la tête de cette famiglia, aussi bon et gentil qu’il semble l’être sait parfois qu’il faut agir comme il se doit si on ne veut pas faire plus de victime. C’est prétentieux de penser qu’une vie vaut plus qu’une autre, ce n’est pas vraiment ça. Mais disons que cet homme peut-être irrécupérable mentalement mérite d’avantage sa place dans l’autre monde qu’un enfant ou une femme menant une vie parfaitement normale non ? De toute façon, Kyrielle ne se posait pas ce genre de question, elle était la fille qui se contentait de faire ce qu’on lui disait. Elle avait de toute façon une façon de penser bien à elle dans sa petite tête. C’est-à-dire se dire que si  ce n’était pas elle qui tirait, ce serait l’autre, tout le monde n’a pas autant de cœur et de pitié, elle ne devait pas en avoir non plus. Elle n’était pas non plus une jeune femme mauvaise bien au contraire, elle préfère largement agir pour quelqu’un de bon qui recherche un idéal plutôt qu’un fou égoïste. Mais pour elle la phrase « il faut parfois faire des sacrifices pour faire de grandes choses » prend tout son sens. Etant de toute façon elle-même une pièce de ce jeu. Ayant fui les Momento, portant en elle une carte inversée, elle gardait cette dernière en espérant priver l’autre de son pouvoir, mais cela lui attirer les foudres bien entendu. Et pas que du camp opposé puisqu’un homme avait subitement décidé qu’elle devait être souvent surveillée sans vouloir viser quelqu’un… Mais revenons-en à la mission hm ? C’est-à-dire cette rencontre plutôt étrange avec un Italien, enfin il semblait mélanger à autre chose aussi vu son accent, mais ne sachant quoi dire, on ne s’attardera pas là-dessus. Mais plutôt sur le fait qu’au lieu de l’ignorer, la réprimander, la regarder avec de gros yeux pour son port d’arme, il avait préféré l’accompagner. Non mais, je vous jure que c’était une première pour elle là. Un étranger à l’Arcana qui la suit pour une mission parce que c’est amusant. Où va le monde ?

Ben dans les ruelles sombres pour le moment, puisque la courses l’avait conduit à suivre sa proie depuis les toits, tandis que l’autre roux s’occupait de lui faire peur au sol. Il s’y prenait même étrangement bien, sur quel taré elle était tombée encore ? Le monde en est remplit en fait ce n’était pas possible, mais bon, du moment qu’il l’a laissait elle tranquille, il pouvait bien faire ce qu’il veut. Oui oui, même littéralement faire souffrir sa pauvre proie après être descendue en abattant un homme pour annoncer qu’au final ils étaient bien plus que trois. Mais non, au lieu d’accepter de le surveille, il lui mit les jambes hors d’état de marche, c’était le cas de le dire, avant de demander combien il restait d’homme dans le coin qui leur tournaient autours. Prêt à les éliminer certainement. Non sans beugler, l’homme répondit au final deux, cela fit apparemment plaisir à Reyn… Kyrielle ? Elle s’en fichait, elle mettrait hors de son chemin tout ce qui gêne à sa mission c’est tout. Si c’était des hommes armés ce n’était pas non plus des innocents. Se rapprochant de la victime du coup coincé au sol, elle regarda ses jambes. Du travail de brute ça… Ignorant ce qu’il disait, elle s’asseyant sur son dos non sans bien le positionner. Posant son fusil sur ses genoux, les mains tenant sa tête en s’accoudant. Elle regarda Reyn en soufflant. Non mais c’était décidément le cirque ici. Elle lâcha alors, comme si elle était blasée. Bien que son ton ne démontrait pas vraiment d’émotion.

- Eh bien, non. Fais donc puisque tu sembles t’amuser.

Comme un enfant qui serait punie en fait, la voilà en train de rester assise sur le pauvre homme en train d’agoniser, mais ce dernier n’osait visiblement rien faire, même pas la pousser de peur à ce qu’elle lui fasse quelque chose ou que pire l’autre type revienne. Silencieuse, elle regarda le roux faire ce qu’il voulait, c’est-à-dire débusquer les hommes pour les tuer ? Ou bien jouer avec comme il avait sût le faire là y il a quelques minutes ? Oh et puis il faisait ce qu’il voulait tient ! Elle avait du travail elle ! Et il se trouve que son travail était justement en train de lui servir de banc. Finalement, un petit contact froid se fit sentir sur l’arrière de sa tête. Une voix. Un homme. Il la menaçait d’une arme vraiment ? En tout cas il semblait bien oui, mais en plus il demandait à l’autre type de cesser de pourchasser l’autre au risque de lui coller une balle dans la tête. Heu, attendez là… Ils n’étaient pas ensemble, enfin ils ne faisaient pas équipe et ne se connaissaient pas, pourquoi la menacer ? Immobile, le sombre regard de la jeune fille se posa discrètement derrière elle, bien qu’elle ne puisse rien discerner sans tourner la tête et donc risquer de se prendre une balle fatale. Puis sur Reyn. Tout aurait été plus vite sans lui en fait… D’un mouvement vif, elle attrapa le poignet qui la menaçait, pour le retourner, un craquement se fit entendre. C’était bien la seule chose qu’elle pouvait casser tient. Toujours en tenant cette main douloureuse, elle lui retourna le bras, comme pour lui passer les menottes pour le pousser au sol avec un bon coup de talon sur l’articulation des genoux. Prenant le pistolet qui se trouve sous sa jupe, elle lui tira une balle dans la tête sans la moindre parole, ou même avertissement. Une balle dans la tête du deuxième qui gémissait sur le sol avant de relever son visage vers Reyn. Le bruit du corps qui tombe résonna un bref instant dans la ruelle.

- Et de deux, mon travail et fait. Dépêche-toi donc de trouver le dernier.~

C’est qu’elle prenait de l’assurance la petite. Mais elle était sur son terrain, c’est-à-dire la chasse d’homme avec les armes. Elle était assez confiante de ce côté-là. Et ne se gênait du coup pas vraiment pour tenir ce genre de propos même avec un inconnu. Le fait d’être armée devait la rassurer. Il était en tout cas hors de question qu’il s’approche d’elle ce type louche, même s’il l’avait au final un peu aidé… Ramassant son fusil pour le nettoyer brièvement et le remettre sur son dos, elle finit par demander…

- Qui es-tu d’abord ? Une personne « normale » ne prend pas plaisir à ce genre de jeu.

Kyrielle, je tiens à te rappeler que tu n’es dans ce cas pas très normale… Mais ça on le savait. Après tout la carte de la Lune à l’envers n’était pas de très bonne augure. A l’endroit non plus d’ailleurs.

~~~~~~~~~~~~~~~~~

♥️
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn Shirenge - Bagatto
Staff Cookie
avatar
Messages : 307
Tomates : 33
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 24
Double compte : Regan & Setsuna

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Reyn Shirenge
Arcane: Il Bagatto (envers)
Métier:
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Mer 23 Oct - 20:14

Qu'est-ce que la « normalité », au juste ? Un concept que l'esprit humain a sublimé. C'est être conforme à un standard plus ou moins précis. Dans le règne animal cette notion existe, évidemment : au sein d'un troupeau il arrive qu'un membre soit mis à l'écart à cause d'une conduite non conforme, mais le plus souvent l'idée permet de savoir si un individu est viable ou s'il est tout juste bon à servir d'appât à d'éventuels prédateurs au cas où le groupe serait pris en chasse, à moins qu'il soit tellement mal formé que ses parents l'abandonnent à la naissance en se disant que le garder ne servirait à rien. Car il y a aussi de cela : tout individu, même blessé ou malade, doit pouvoir être utile à tous. La loi du plus fort dans la nature est impitoyable et le plus faible périra pour que le plus fort se nourrisse, parfois en permettant à ses semblables de survivre au passage. Mais chez l'Homme, ce concept a pris une toute autre tournure : chaque détail peut nous faire paraître anormal aux yeux du public et mener vers une mise à l'écart. Nous sommes trop bien formatés, vous ne pensez pas ? La société nous ferme l'esprit. Elle nous apprend comment vivre et à penser – à sa manière - dès notre plus tendre enfance, ôtant ainsi de son piment à notre existence. Tous ces bons élèves qui vont en cours chaque jour et font tout ce qu'on leur dit finiront certainement avec un bon poste dans une grande entreprise, mais il leur était impossible de sortir du petit cadre qu'on leur avait donné dès leur plus jeune âge.

Reyn n'avait jamais fait partie de ces gamins irréprochables. Il avait toujours été un sale gosse, le garnement de service qui n'en rate pas une pour faire des bêtises. Quand il étudiait c'était parce que sa mère l'y poussait et le surveillait, certainement pas par envie. Et à ce jour, le jeune homme était encore un trublion – mais il n'était pour autant pas le même que pendant son enfance, après tout un gamin n'aurait pas parmi ses jeux favoris la torture à moins d'être bien particulier. « Normal », lui ? Oh, certainement que ce n'était pas le cas du point de vue de l'opinion publique. Beaucoup le condamneraient pour ses actes, de cela il était conscient. Mais, franchement, qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire ? Quand les gens s'amusent à jouer aux cartes, lui s'amusait à provoquer des incendies, c'était tout simple comme différence, or comme je l'ai déjà dit il n'en fallait pas beaucoup pour être considéré comme anormal. Le rouquin l'assumait pleinement, être conforme à des codes qu'on lui aurait dicté ne faisait de toute façon pas partie de ses ambitions. Si on le haïssait pour tout ce qu'il osait faire ? Bah, l'opinion des autres n'était pas bien constructive pour lui, les autre étaient libres de penser ce qu'ils voulaient - mais c'était tout de même amusant de penser que la haine venait souvent avec la peur, faisant qu'il s'amusait souvent à jouer sur cela quand on disait le détester. Décidément, l'être humain était l'un des meilleurs jouets qui soit.

C'était peut-être pour cela que Reyn aimait tant les chasses à l'homme tiens. C'était beaucoup plus intéressant que de chasser un stupide lapin, un vulgaire sanglier ou un encore un faisan. La tension n'était pas la même, les réactions de la cible non plus – enfin presque. C'était comme revenir en enfance, à l'âge où on joue au chat et à la souris, sauf que les enjeux font beaucoup plus adultes dans la version que Kyrielle et lui appréciaient. Ce qui n'était pas forcément prévu ce jour-là c'est qu'il y avait plus de participants que prévu, ce qui aurait tout de suite été moins gênant si les invités surprises avaient le même objectif qu'eux. Enfin, ce rebondissement leur permettait de faire durer le plaisir et le suspens ! Et le bourreau comptait bien y participer – allant même jusqu'à empêcher leur homme de pouvoir marcher histoire d'être libre –, seulement sa coéquipière du jour finit par s'asseoir sur celui qu'elle devait tuer – ce qui était assez drôle – avant de dire d'un air blasé qu'il pouvait y aller seul... Heu... Ok ? Bon ben... Tant pis, il supposait ? Après tout ce n'était pas nécessaire d'être deux pour chasser, même si ça avait ses bons côtés. Haussant les sourcils et les épaules, il allait lui dire qu'elle faisait ce qu'elle voulait avant de se détourner, quand il remarqua une silhouette dépasser du haut mur qui était dans le dos de la brunette puis entamer une descente souple et silencieuse. Quand l'inconnu finit par s'approcher de la tueuse en tenant une arme, le métis eut un grand sourire amusé. Tiens tiens, ça pouvait être intéressant de voir comment elle allait réagir, il laissa donc les choses se faire.

-Tu comptais te la couler douce pendant que je m'occupais du reste ? Eh bien je crois qu'on a d'autres plans pour toi, ma chère.

Dit-il, pile au moment où l'ennemi accola son revolver contre le crâne de la demoiselle. Oooh, mais c'est qu'il était sans pitié le bonhomme ! Menacer une frêle et jeune femme de cette manière... Enfin pour le coup, ce fut lui qui dut en pâtir le plus si Reyn se fiait au bruit de craquement qui résonna quand Kyrielle retourna le poignet de son agresseur, le faisant siffler avec un certain respect pour sa débrouillardise. Haha, elle était décidément pleine de ressources la petite ! C'était tellement drôle de la voir retourner une situation aussi dangereuse avec tant de facilités, on voyait qu'elle n'était pas sans expérience. En revanche pour la pitié mieux valait passer son chemin, vu comment l'anglophone acheva sèchement et précisément les deux adversaires sans que son expression ne change le moins du monde. Après que le deuxième coup de feu ait fini de se faire entendre dans la ruelle, le jeune homme applaudit comme s'il venait d'assister à un spectacle divertissant, le coin des lèvres légèrement étiré.
Suite à cela sa partenaire du jour lui annonça qu'elle avait fait son boulot, tout en lui conseillant de se dépêcher s'il voulait s'occuper du dernier. Mais alors qu'elle lui parlait, le contractant d'Il Bagatto capta un bruit bien étrange derrière lui... Ah ben, on dirait que les recherches n'allaient pas être bien longues. Mais il ne montra rien à sa vis à vis, préférant la laisser reprendre la parole... Pour lui demander qui il était, ajoutant que tout le monde n'aimait la chasse à l'homme. Cette dernière phrase le fit rire.

-Peux-tu parler ? Tu y a pris autant de plaisir que moi.

Reyn secoua la tête l'air de dire « ah là là, je vous jure, celle-là » histoire de la taquiner un peu, mais n'eut pas le temps de répondre quoi que ce soit à la question : le quatrième homme s'était enfin décidé à sortir de sa cachette, en lançant des couteaux dans leur direction au passage. Il esquiva le premier tout en se tournant dans la direction de l'ennemi sans plus faire attention à Kyrielle, puis attrapa le deuxième entre l'index et le majeur. Le lanceur retourna se réfugier derrière le mur avant de lancer une troisième lame, que l'incendiaire fit habilement déjouer de sa trajectoire avec sa nouvelle acquisition tout en se débarrassant de la barre de fer qui l'avait suivie jusqu'ici, puis il profita de l'intervalle de temps qu'il fallait à son adversaire entre chaque lancé pour lui fondre dessus avec une vitesse étonnante et lui faucher les jambes de la sienne. Le pauvre qui ne devait pas s'y attendre s'étala de tout son long, mais se reprit assez rapidement pour reculer jusqu'à ce que son dos heurte un mur alors que notre roux se rapprochait de lui, un plaisir sadique lisible sur son faciès. Qu'allait-il bien pouvoir faire de lui... ? Malheureusement son petit rat ne devait pas être bien solide mentalement, puisque dans une ultime tentative de survie il se lança avec toute sa force sur le tortionnaire, bras tendus vers sa gorge. Se saisissant des deux membres il maîtrisa rapidement le bonhomme, avant de faire une entaille dans son cou – juste assez profonde pour que sa mort soit inévitable, mais pas rapide –, avant de le laisser tomber au sol puis de se détourner sans plus s'intéresser à son sort, préférant revenir vers la demoiselle avec un grand sourire, comme si de rien n'était.  

-Je ne suis qu'un simple amateur de feux d'artifices. Mais si la question t'intéresse vraiment, pourquoi donc ne pas commencer par me parler de toi ? Par exemple, en me disant qui t'emploie.

Qu'elle ne s'étonne pas que Reyn ait deviné sa profession, parce qu'elle n'aurait pas pu faire plus évident.
Et tout était sous-entendu : les femmes d'abord comme on dit, Reyn ne comptait donc pas parler le premier. Il croisa d'ailleurs les bras en fixant Kyrielle, faisant ainsi comprendre qu'il saurait être patient.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Merci à Lyria pour le kit ♥️
DCs : L. Regan Castelli, Setsuna Hopefield. Couleur : goldenrod


La classe ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle - La Luna
La luna R
avatar
Messages : 304
Tomates : 160
Date d'inscription : 26/03/2013
Age : 24
Double compte : Mikelangelo A. Sperandei

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Kyrielle
Arcane: La Luna 18ème Arcane
Métier: Tueuse à l'Arcana/Membre de l'Epée
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Ven 1 Nov - 18:54

Mission terminé, il ne reste plus qu’à rentrer ? D’habitude c’est ça oui, mais d’habitude Kyrielle n’est pas non plus accompagné d’un étrange type qui s’est décidé subitement qu’il allait la suivre dans sa mission pour passer le temps. Autant on pouvait peut-être qualifier notre demoiselle d’étrange dans son genre, mais ce type n’était pas mieux. Si ce n’est pas pire. Techniquement c’est un civil ce gars, il n’a rien à faire ici. Il n’est même pas armé. Enfin maintenant si, d’une barre de fer. Ce n’est pas vraiment une arme, mais notre demoiselle ne se risquerait personnellement pas à s’approcher de lui-même qu’un peu. La confiance n’était pas quelque chose qu’elle donnait facilement, surtout aux hommes. Surtout quand il s’agit du cas présent d’un homme qui plus tôt avait osé passer son bras autours de ses épaules, marque de rapprochement qui lui avait fortement déplu il faut le dire. Mais en plus il était armé d’une barre de fer, et semblait très bien s’en servir. Pas moyen, il n’était pas net ce type, garder un peu de distance entre lui et elle n’était pas une mince à faire. Même si au final il s’est avéré que ce n’était pas lui la première menace. En effet, à peine avait-elle décidé qu’elle le laisserait faire mumuse avec les types qui ne l’intéressait pas, en voilà un qui avait dût se dire que s’en prendre à la demoiselle était la meilleur chose à faire. Sur que quitte à choisir, entre ce type et elle, le choix était vite fait. Même si ce choix ne s’avérait pas forcément meilleur puisqu’il finit par tomber au sol pour ne plus jamais se relever. De un il ne fallait pas s’en prendre à elle et de deux, ne jamais s’en prendre à une femme qui sait se servir de ses armes et qui connait des techniquement d’auto-défense. Elle était en même temps un membre de l’offensive d’Arcana, être mou et incapable de se défendre contre une seule personne sans rien d’autre contre elle serait presque ridicule. Même si la force physique de la jeune fille n’était certainement pas loin de l’être. Pour cela il faut utiliser un peu sa tête et la surprise pour s’en sortir…

Ce qui était certainement anormal dans tout ceci, c’est que cette réaction de la part de la jeune brune semblait amuser le roux. Et pourquoi d’ailleurs ? Il y avait quoi d’amusant à ça ? Faut dire qu’il semblait un peu trop sourire pour un rien. Kyrielle n’était certes pas malheureuse non plus de faire ça et y prenait même parfois un certain plaisir, mais cela se manifestait d’avantage par son visage impassible. Voilà pourquoi elle avait finit par demander à ses risques et périls qui il était. Si ça se trouve c’est un évadé de l’asile allez savoir, avec la chance qu’elle avait parfois. La réponse ? Elle ne fût pas bien satisfaisante, puisqu’il se contenta de dire qu’elle pouvait parler puisqu’elle avait pris du plaisir également durant cette mission. Ouvrant alors de grands yeux, la fille resta plantée là sans rien répliquer, croisant même les bras en se décidant de regarder sur le côté. Un peu comme une enfant qui aurait fait une bêtise et que le parent le regarde pour savoir si c’est bien lui le coupable. Un bref instant, son visage pâle laissa apparaitre une légère rougeur, comme si elle se sentait ridicule qu’il ait comprit le fond de sa pensée qu’elle réprimandait pourtant. Non, elle n’est pas une simple tueuse, elle est quelqu’un de gentil. Elle travaille pour l’Arcana, pas pour le plus offrant. D’ailleurs elle douterait pouvoir réellement s’en sortir dans ce monde-là, on aurait vite fait de ne pas la prendre au sérieux vu son apparence. Du coin de l’œil, elle se décida tout de même à regarder ce que fabriquait Reyn. Disons qu’il avait juste trouvé le dernier type et s’en débarrassait à sa façon. Utilisant le couteau qu’il avait récupéré, il l’utilisa pour trancher la gorge du type pour le laisser agoniser sur le sol. Une mort certaine et pourtant pas aussi rapide qu’elle aurait dût l’être. Sérieusement, ce gars savait ce qu’il faisait, à moins que cela ne soit du pur hasard il avait été capable de limiter son coup pour faire souffrir la personne… Kyrielle qui elle ne manie jamais les armes blanches, elle lui aurait certainement donné une mort rapide.

Ne bougeant pas de sa position elle le regardait, méfiante… Il reporta son attention sur elle pour se mettre à lui poser une question puisqu’elle ne s’était pas gênée pour le faire, lui demandant alors qui l’employait. Cette question l’a mis étrangement mal à l’aise. Ne sachant si elle devait chercher à mentir en disant que c’était un pur inconnu ou bien… Gardant le silence, visiblement angoissé, elle tenta de rapidement se reprendre pour durcir son regard sur lui. Il en pose de ces questions lui, alors qu’il prétend être un simple amateur d’artifice. De un ça n’explique pas vraiment ce qu’il est de deux elle ne le croyait pas des masses. Décroisant les bras pour tenter de se détendre et comme pour se rassurer d’avoir plus facilement accès à ses armes elle se lança pour tenter une réponse.

- Pour quelqu’un qui pay…. Elle eut un instant de blanc. Sentant que sa voix démontrait qu’elle mentait clairement… Pour Arcana…

Elle n’avait pas été capable de mentir… Oh il faut se reprendre là ! A croire que dès que ça touchait un peu trop au personnel la demoiselle perdait pied, sachant pertinemment que son passé était remplie de chose qu’elle devait cacher. Qu’elle était chez les Momento avant, sa carte à l’envers. La peur que le chef la retrouve, ainsi que la peur que Jolly ne se décide à tout dire à Arcana alors qu’elle n’a aucune mauvaise intention. Apposant sa main sur sa hanche, là où un de ces pistolets était posé elle tenta de rapidement reprendre la parole pour éviter de s’attarder sur ces précédentes paroles.

- Amateur de feu d’artifices ? Tu es bien doué avec une larme pour faire souffrir des gens, je ne te crois pas.

C’était plutôt osé de carrément dire qu’il lui mentait. Mais il faut dire que la jeune fille n’était mentalement pas des plus à l’aise actuellement. L’envie de prendre ses jambes à son cou pour renter était présente. D’ailleurs cette envie présente se montra lorsqu’elle se pencha pour récupérer un pendentif que l’homme qu’elle devait tuer portait pour le mettre dans une poche, et finalement annoncer un peu rapidement.

- Je n’ai plus rien à faire ici.

Sous-entendu, au revoir. Je suis ravie de vous avoir rencontré mais je dois impérativement partir. S’apprêtant alors à mettre plus de distance entre lui et elle. Il la mettait mal à l’aise…

~~~~~~~~~~~~~~~~~

♥️
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn Shirenge - Bagatto
Staff Cookie
avatar
Messages : 307
Tomates : 33
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 24
Double compte : Regan & Setsuna

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Reyn Shirenge
Arcane: Il Bagatto (envers)
Métier:
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Mar 26 Nov - 13:06

S'il y a une chose qu'on ne pouvait pas reprocher à Reyn, c'était bien d'être trop attaché à la famiglia. Non pas qu'il la méprisait complètement, après tout il s'était lié d'amitié avec certains de ses collègues comme Karen, mais ce n'est pas sur lui qu'il fallait compter pour lancer un attentat suicide sur le manoir Arcana juste pour le bel œil du saint patron des fous, j'ai nommé Elysion Momento. Oh oui il écoutait son boss, oui ce cher Bateleur effectuait toutes les missions qu'on lui confiait et torturait sans pitié chaque jour qui se levait pour le bien des Momento, mais ce n'était pas parce qu'il était fidèle et acquis à la cause d'Elysion. Mais pourquoi rester sous les ordres d'un type pareil alors, vous vous demandez ? Mais c'était justement parce que c'était « un type pareil ». Un homme terrible, on pouvait le dire – si lui était bien conscient de ne pas être un enfant de cœur, il savait aussi que ce n'était en rien comparable à ce dont était capable son tordu de chef. Alors dites-moi franchement, vous aimeriez vous mettre cette individu à dos ? Vivre dans la crainte qu'il ne vous remette le grappin dessus et ne s'arrange pour récupérer sa carte – parce que c'était encore pire quand on avait un contrat avec l'une de ses précieuses Arcanes inversées évidemment - et se débarrasser d'un traître en même temps, le tout en employant ses propres méthodes peu orthodoxes ? Je pense que la réponse est non, évidemment. Où alors, c'est que vous êtes une sacrée bande de masochistes et fiers de l'être. Or ce n'est probablement pas le cas – globalement - ni le sien, d'où le fait que sa réponse soit la même que la votre.

N'empêche, cette petite Kyrielle ne semblait pas douée pour les mensonges, il faudrait peut-être qu'elle pense à prendre des cours. Si elle avait tenté de le contredire quand Reyn lui avait dit qu'elle avait pris tout autant de plaisir que lui à partir en chasse, ça aurait certainement été tout aussi catastrophique que quand elle tenta de lui cacher l'identité de son employeur. En parlant de cela au final la demoiselle n'avoua pas franchement s'être régalée, elle s'était contentée de dévier le regard pour bouder et rougir. Comme un gosse dont on a découvert les bêtises et qui ne veut pas admettre ses fautes. Le truc, c'est que ce n'était certainement pas lui qui allait lui en vouloir juste parce qu'elle aimait leur version du chat et de la souris, bien au contraire. Elle devait s'en douter, pour avoir fait équipe avec lui. Alors la brunette se craignait elle-même ? Elle s'en voulait, d'aimer pourchasser des gens ? Voyons, il ne fallait pas penser ainsi, après tout chacun ses goûts et, plus on les renie, plus le retour à la réalité sera brusque et amer quand le naturel reviendra au triple galop. Cela pourrait être aussi violent que de recevoir des couteaux tiens, ce que le rouquin évita de justesse grâce à ses réflexes hors-normes et son habileté... Quoi, il avait bien le droit d'être fier de ses capacités quand elles étaient aussi largement supérieures à la moyenne, non ? Qui n'a jamais employé de fierté pour flatter son ego ? On pouvait comparer les louanges personnelles au mensonge : tout le monde s'y adonnait, seulement la fréquence et le talent différaient chez tout un chacun – et tout le monde n'admettait pas le faire, parce que rester humble en toute circonstance est mieux perçu dans la société. Fallait pas se demander pourquoi les gens avaient l'air si frustrés après.

Bref, Kyrielle finit donc par avouer travailler pour Arcana. Et en bon Momento qu'il était, une fois l'instant de surprise passé Reyn s'était jeté sur elle pour tenter de la capturer vivante afin de pouvoir en tirer des informations ou, à défaut, la tuer ? Surtout que, de ce qu'il avait vu, cela priverait la famiglia rivale d'un membre compétent. Mais comme cette ligne de conduite aurait été trop simple et lui aurait donné l'impression d'être aveuglément fidèle – mais aussi que cette fille était intéressante -, il n'en fit rien, se contentant de faire naître un sourire sarcastique sur son visage qui fut perceptible dans son ton.

-Oh, intéressant ! On ne croirait pas ça d'eux.

Ou presque. Et comme ça ne l'était pas tant que ça, le bourreau joua les innocents qui ne savaient pas du tout quelles ressources la famille veillant sur Regalo employait dans l'ombre. Mais n'empêche, c'était drôle de se dire que la gentille Arcana famiglia qui se voulait proche des habitants, leur garantissait sûreté et prospérité  et faisait croire qu'elle n'avait rien à cacher embauchait des tueurs. Après il ne s'était sciemment pas attardé sur le sujet, pour éviter de montrer qu'il en savait bien plus qu'on ne pouvait le croire.
Cela dit, l'anglophone changea de sujet pour en revenir à lui. En une tentative d'en apprendre plus sur lui, par curiosité ? Oh, il ne pensait pas. Selon lui, c'était probablement parce que le sujet (c'est-à-dire elle-même) la rendait mal à l'aise.
Comment ça, elle ne le croyait pas ? Le jeune homme semblait malhonnête, ou quoi ?... Oui bon d'accord, malhonnête il l'était, mais il ne l'avait pas vraiment montré jusque là, si ? Et puis, ce n'était pas comme s'il avait vraiment fabulé, puisqu'il était effectivement fan de feux d'artifices – autrement dit de spectacles pyrotechniques, dit comme ça on comprend mieux le pourquoi de sa petite passion.
Quand il répondit, ce fut avec une petite mine offusquée.

-Mais c'est vrai, j'aime les feux d'artifices ! Par contre, c'est tout aussi vrai que jouer les sadiques fait partie de ma vie.

Ce que cela signifiait ? Eh bien, qu'elle devine donc. Le coin de ses lèvres s'étira mystérieusement : c'était  tout lui, tiens, de ne pas être franc. Mais Kyrielle ne devait pas apprécier puisque, après avoir récupéré le pendentif de celui qui avait été sa cible – certainement pour prouver sa mort –, elle annonça en avoir fini avec son business et entreprit de s'en aller... Seulement pour se faire et comme ils étaient dans un cul de sac, elle devait évidemment passer près de lui. Reyn n'ignorait pas ce fait, c'est bien pour cela qu'il la laissa venir sans broncher jusqu'à ce qu'elle soit à deux pas de lui : il se plaça alors devant la jeune femme, sans se montrer menaçant mais sans aucune intention de la laisser passer à l'heure actuelle, et se saisit de son menton pour la forcer à le regarder dans les yeux – et tant pis pour elle si, comme il le présumait, elle n'aimait pas ce genre de contact. Une fausse note de peine dans sa voix soudainement devenue basse pour la forcer à tendre l'oreille, le métis s'exprima alors.

-Tu veux déjà me fausser compagnie ? Ce n'est pas très gentil, je trouve qu'on s'entend bien pourtant... Tiens tiens, je me demande ce qu'est cette marque dans ton œil ?

On pouvait ressentir à son intonation que son intérêt avait été piqué d'un coup : il s'était dit que sa vue lui jouait des tours plus tôt, mais là, Reyn avait la preuve que non, c'était bien réel : on pouvait distinguer une étoile rougeâtre dans l'iris de la tueuse. Et, à moins qu'il n'y connaisse rien, c'était la preuve qu'elle avait passé un contrat avec une Arcane, possiblement à l'endroit si elle travaillait pour Arcana. Ne restait plus qu'à savoir laquelle – ça tombait bien, faire parler les gens faisait partie de son métier.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Merci à Lyria pour le kit ♥️
DCs : L. Regan Castelli, Setsuna Hopefield. Couleur : goldenrod


La classe ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle - La Luna
La luna R
avatar
Messages : 304
Tomates : 160
Date d'inscription : 26/03/2013
Age : 24
Double compte : Mikelangelo A. Sperandei

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Kyrielle
Arcane: La Luna 18ème Arcane
Métier: Tueuse à l'Arcana/Membre de l'Epée
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Mer 11 Déc - 19:31

Mission terminée on rentre ? C’est techniquement ce qu’elle devrait faire si elle n’était pas tombée sur un drôle de type en cours de route. Bon d’accord, ce dernier l’avait tout de même aidée. Mais là n’était pas la question selon elle. Car elle avait pût noter que ce dernier semblait avoir quelque faculté pour tuer des hommes voir même tout simplement se battre. La demoiselle pouvait faire de l’auto-défense, mais il était évident qu’en force physique brute ce n’était pas elle qui l’emportait. Ce type ce n’était pas la même chose, si elle pouvait lui coller une balle avant qu’il ne l’approche pas de soucis, mais en corps à corps il était clair qu’elle n’avait pas l’avantage. Au final elle aurait mieux fait de rester sur son toit, elle regrettait amèrement d’être descendue. Suspicieuse, l’idée de partir était certainement la plus attrayante même si la contractante de la Lune se surprenait à se dire que cela ne serait pas aussi simple. Que faire ? Lui tourner le dos pour partir était selon elle une mauvaise idée. Surtout que ce roux en savait bien des choses. Pourquoi une telle réaction lorsqu’elle avait annoncée travailler pour Arcana ? Il n’était pas de Regalo tout de même si ? Il ne pourrait pas savoir les idéaux de cette Famiglia, surtout pour un simple fan de feu d’artifice hein.. ? D’ailleurs cette réponse ne répondait nullement qui il était en vérité. Car si on part de ce principe, la demoiselle n’avait qu’à dire qu’elle aimait les armes à feux et aimait aller dans les armureries pour son petit plaisir. Mais ça bien sûr il ne la croirait pas hein. En l’occurrence le fait qu’il disait apprécier faire son sadique n’avait rien de rassurant pour elle. Qui dit qu’après avoir fait son plaisir du moment avec ces types il n’allait pas jeter son dévolu sur elle, persuadé qu’elle ferait un bon jouet hein… ? Rien qu’à cette pensée, la jeune fille se crispa. Ces hommes sont tellement effrayants parfois, l’idée de mourir n’était en plus pas la pensée la plus effrayante qui soit à ses yeux…

Déglutissant, bloquée devant lui, puisqu’elle était malheureusement obligée de passer à côté de lui pour partir. Il ne semblait pas décidé à la laisser poursuivre son chemin. Quoi ? Il n’avait pas assez jouer c’est ça.. ? Le pire, c’est qu’elle se disait que poser trop de question lui apporterais des ennuis. Mais qui était-il bon sang.. ? Il en savait bien trop pour être un hasard, il avait du moins selon elle des réactions qui ne trompaient pas. Finalement, une main sur son menton pour lui faire relever la tête pour le regarder. Mais… Non ! Elle était bien trop proche ! Et détestait bien ce genre de contact ! Il ne l’avait pas compris ou quoi plus tôt ? Certainement que si, il ne semblait pas idiot. Mais cela ne semblait pas être une raison pour lui de s’arrêter…  Sous-entendant qu’elle n’allait pas lui fausser compagnie si rapidement, il appuya le fait qu’une marque étrange se trouvait dans sa pupille. Comment justifier ça.. ? De naissance ? Il faut être complètement idiot pour croire qu’une telle forme puisse se trouver dans l’œil d’une personne de façon naturelle, remplaçant carrément sa pupille. Pourtant, tremblant, tentant un instant de dévier son regard du sien pour qu’il cesse de la regarder de cette façon, la pression sur sa mâchoire la fit arrêter. Elle tenta de lâcher de façon pas trop tremblante. Chose plutôt ratée il faut le dire…

- C-C’est de naissance… Haussant le ton. Et puis ça ne te regarde pas ! Tu ne réponds même pas à mes questions pourquoi je le ferais ?

C’est vrai quoi ? Elle lui demandait qui il était, ce qu’il était dans la vie en somme. N’ayant droit qu’à son attrait particulier pour les feux d’artifices, pour ne pas dire qu’il était certainement un peu pyromane ce type… Vivement, elle attrapa Reyn par le col de ses vêtements pour le tirer et le faire se pencher, tout ça pour le maintenir fermement. Il était collant, et en savait bien trop. Il ne pouvait pas être un simple civil, il devait avoir un lien. Elle ne savait pas avec qui, ni de quel côté mais un lien. Etrangement vu son comportement elle optait hélas pour de l’autre côté…

- C’est lui qui t’envoie d’abord ? Ne me fais pas croire que tu es qu’un simple civil alors que tu connais Arcana !


Le repoussant soudainement, comptant toujours sur la surprise de ses faits et geste, Kyrielle tenta de l’éloigner, aller, de quelque mètres tout au plus, c’est surtout histoire de pouvoir passer à côté vite fait et partir. Elle ne le mettait pas à l’aise pourtant, elle aurait pût tenter de faire quelque chose contre lui, au moins lui tirer dans la jambe pour qu’il ne la suive pas. Quelque chose de ce genre. Pourtant… Elle avait peur. Le simple fait de se dire qu’il pourrait être lié à lui, ce type qui lui avait imposé cette carte. Le revoir l’effrayait. Surtout le sort qu’il lui réserverait, c’était déjà assez peu enviable avant, mais maintenant… Elle accéléra le pas. Pour finalement se retrouver  par terre. Attiré par le poids des armes qu’elle portait. Un type armé d’un côté. Visiblement, il était lié aux gars de tout à l’heure, elle était tellement dans ses pensées qu’elle n’avait pas prêtée la moindre attention à lui. Se retournant pour regarder ce grand gaillard lui foncer dessus armé.  Non… Elle n’allait tout de même pas crever ici comme ça non ? Pas aussi bêtement… Surtout que si elle mourrait sa carte revenait à l’autre fou. N’ayant pas le temps de sortir son arme, elle susurra sa phrase et invoqua le pouvoir de son arcane. Son œil fit ressortir sa marque, l’homme s’effondra à terre, se tordant d’une douleur qui n’est que dans sa tête. Elle souffle. Il allait revenir l’autre, si ce n’était pas déjà le cas…

~~~~~~~~~~~~~~~~~

♥️
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn Shirenge - Bagatto
Staff Cookie
avatar
Messages : 307
Tomates : 33
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 24
Double compte : Regan & Setsuna

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Reyn Shirenge
Arcane: Il Bagatto (envers)
Métier:
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Lun 30 Déc - 0:06

En général, Reyn n'aimait pas qu'on lui fasse perdre son temps. Cela découlait de son impatience, celle qui le rendrait incapable d'attendre un mois et demi pour un rendez-vous médical s'il était né environ soixante-dix ans plus tard. Non seulement ses secondes étaient précieuses au point que ceux qui lui en faisaient perdre devaient payer le prix – que ce soit avec de la monnaie sonnante et trébuchante ou en devenant la source d'un amusement proportionnel à la gêne voir à l'ennui qu'on lui a occasionné, la première option étant souvent plus enviable avec lui, il suffit pour en avoir conscience de connaître un peu ses goûts -, mais en plus en bon gosse qu'il était resté, ce qu'il voulait devait être sien dans l'immédiat. Les seuls moments où prendre son temps devenait pour lui un plaisir tellement grand qu'au bout du compte il ne considérait pas perdre quoi que ce soit, c'était quand le bourreau s'amusait avec ses petites victimes, prenait tout son temps pour leur faire connaître le désespoir, leur montrer la lumière au bout du tunnel tout en les retenant fermement pour mieux les tourmenter. On pourrait bien se pencher sur la question du « mais pourquoi le sadisme lui procure de telles réjouissances », mais là n'est pas le sujet, disons juste que c'était dans sa nature. Mais ce n'était tout de même pas la seule occupation pour laquelle il était capable d'y aller lentement : il aimait aussi procéder sans brûler les étapes lorsqu'il s'agissait d'esquiver des questions tout en tirant des réponses de quelqu'un... Bon d'accord, le fait de récolter des informations auprès de quelqu'un avait toujours un rapport avec son boulot, mais là il n'y avait aucune torture à côté, juste un petit jeu de question/réponse avec un côté évasion.

Et nous parlons ici d'évasion au sens propre comme au figuré puisque, quand le jeune homme avait commencé à rendre sa curiosité à Kyrielle, celle-ci avait tout de suite essayé de prendre congé de lui. Ce n'était pas sympathique, hein ? M'enfin, si elle avait pensé ne serait-ce qu'une seconde qu'il allait la laisser faire alors que leur conversation commençait tout juste à devenir intéressante, c'était soit qu'elle l'avait mal cerné, soit qu'il n'était pas lui-même aujourd'hui. Quoi qu'il en soit, même si elle avait espéré pouvoir s'enfuir par miracle, il n'avait pas tardé à détruire cette utopie en l'arrêtant net puis en la saisissant par le menton pour s'exprimer avec une douceur qui ne trompait pas : leur petit jeu des quatre vérités ne faisait que commencer. Que cela la mit mal à l'aise ! Reyn pensait bien que sa coéquipière du jour n'allait pas apprécier le combo contact physique/questions, mais il n'avait pas pensé qu'elle allait se crisper autant. Il eut presque envie d'éclater de rire, autant pour se moquer d'elle que pour voir si cela allait la détendre un peu... Tout en pensant bien qu'il aurait sans doute obtenu l'effet inverse, mais quand on veut jouer avec les nerfs d'une personne, aucun ménagement n'est permis hein.
Était-ce justement à cause de son stress, qu'elle se montra encore moins douée pour le mensonge que quand elle avait essayé de lui cacher l'identité réelle de son employeur ? La pauvre petite perdait les pédales. Et quand la brunette tenta de l'esquiver avec de pauvres arguments tout trouvés selon lesquels elle n'avait pas à lui répondre, là il ne put s'empêcher de s'esclaffer doucement et brièvement.

-J'attends peut-être que tu parles...

…. Bon ben, autant pour le reste de sa phrase, elle avait décidé de le faire taire – probablement de manière plus ou moins involontaire, l'anglophone devait simplement suivre ce que sa tension lui dictait quand elle se saisit de son col pour le tirer vers le bas. Non pas que le rouquin allait se laisser ébranler par si peu, lui avait gardé un sang-froid exemplaire depuis le début de leur parlotte et afficha immédiatement un sourire à la fois moqueur et détaché – voir hautain – tout en levant les mains comme pour dire « je suis innocent, doucement » en la sentant attraper ses vêtements, tout à fait le genre de comportement qui n'aidait pas à se sentir plus à l'aise en somme. Oui, lui était tout content pour le coup : cette petite était tellement drôle à embêter, elle avait des réactions qu'on ne voyait pas si souvent. N'empêche qu'elle devait se sentir complètement prise au piège pour avoir recours aux gestes, son ton la trahit d'ailleurs quand elle lui posa une question bien mystérieuse (même s'il se doutait bien que le "lui" faisait référence à Elysion, il n'y avait que lui pour instaurer une telle peur chez les autres sans être présent physiquement) et argumenta qu'il ne pouvait pas être un simple civil pour connaître Arcana. Allons bon, depuis quand l'existence de la famiglia était un secret ? Décidément petite Kyrielle, on pourrait te confondre avec une souris prise au piège entre un angle de mur et un gros méchant. Jouait-il le rôle de la paroi ou du vilain ? Oh, sans aucun doute qu'il était le second dans son esprit, mais c'était justement le genre de place qui lui allait à merveille et qu'il affectionnait, alors le pyromane n'allait pas se plaindre. Qu'elle sente donc la panique monter petit à petit en étant face à lui !

Cela dit, la jeune femme le repoussa sans ménagement pour le forcer à se tenir à distance le temps qu'elle puisse passer. Si seulement elle savait qu'il avait tout à fait le pouvoir de la forcer à rester ici en moins d'une seconde... Cependant, ce serait idiot de s'en servir. Cela lui donnerait trop d'indices sur son compte, notamment que lui aussi avait passé un contrat. Il se contenta donc de pivoter pour pouvoir la suivre, bien décidé à ne pas laisser cette partie si intéressante se terminer maintenant, quand elle se fit attaquer par un homme embusqué dans l'ombre. Voilà, on ne pouvait vraiment plus croire aucune victime, la cible lui avait menti en omettant l'un de ses compagnons ! C'était malin ! Et puis pourquoi avait-elle mit autant de temps à réagir alors que, plus tôt, elle avait fait preuve de beaucoup de vivacité ? Elle s'était perdue dans ses pensées ?... Tiens, c'était peut-être de sa faute, après tout c'était lui qui la faisait tourner en bourrique depuis quelques minutes... Ce qui ne voulait en rien dire que Reyn se sentait coupable, loin de là. Tout ce qui le traversa à ce moment fut « vais-je l'aider ou non ? », tandis que ses yeux scrutaient la scène attentivement. Lui prêter main-forte ne serait pas avantageux s'il voulait en savoir plus sur son Arcane – donc son pouvoir –, se dit-il alors qu'il avait l'impression que les lèvres de Kyrielle bougeaient.
Son instinct lui souffla que ce ne devait pas être une œuvre de son imagination, puisque l'agresseur se mit alors à pousser d'horribles cris qui réjouirent ses oreilles – déformation professionnelle bonjour – tout en se tordant d'une douleur dont notre métis n'arrivait pas à identifier la cause. Haussant sensiblement un sourcil, il réfléchit un instant avant d'étirer lentement les lèvres.

-Pas mal... Ton pouvoir m'a l'air puissant et terriblement douloureux à se prendre.

En fait, c'était certainement le genre de pouvoir que quelqu'un de sa propre profession adorerait posséder, probablement quelque chose du genre « raviver les anciennes douleurs ». Bref, il pouvait s'approcher de sa nouvelle amie maintenant que l'homme était neutralisée... Ou pas : l'inconnu se releva alors qu'il n'avait gait que deux pas et, comme tout animal blessé le ferait dans une situation critique même inconsciemment, lança une attaque à l'aveuglette. Sans prendre le temps d'attraper la première chose qui lui viendrait sous la main pour le lancer puisque ce ne serait pas assez rapide pour l'empêcher de se jeter sur Kyrielle, le Bateleur prononça tout bas la formule lui permettant de relâcher le pouvoir de sa carte et s'en servit pour faire une torche humaine du fou, qui se roula par terre en hurlant jusqu'à ce que mort s'en suive et que les flammes, ayant accompli leur devoir, disparaissent progressivement.
Il s'approcha alors de la contractante et se rendit compte qu'elle avait été brûlée au mollet – un peu plus et elle aurait eu droit à une cicatrice. Oups, décidément, le feu était un élément difficile à maîtriser. Mais bon à ce stade, aucune trace ne subsisterait après quelques jours de soins. Une expression taquine affichée sur son visage, il s'accroupit et s'adossa au mur nonchalamment.

-Eh bien, je pense que tu as une meilleure idée de qui je suis maintenant. Alors pourquoi ne pas me dire en quoi consiste exactement ton pouvoir et quelle carte t'a été attribuée ? Si tu réponds, je t'aiderai à rentrer chez toi... ~

Parce qu'il était évident que, vu l'état de sa jambe, elle allait souffrir si elle cherchait à se déplacer seule. Mais comme notre trublion était une âme charitable (kof kof), il songeait effectivement à s'engager à la ramener saine et sauve dans le quartier du manoir Arcana... Si Kyrielle acceptait les conditions posées, évidemment. Non, même pas parce que c'était de sa faute, la culpabilité ne rentrait pas dans sa personnalité, mais un peu parce qu'il commençait à l'apprécier en revanche. Et ne vous en faites pas il n'avait pas oublié sa question de tantôt, mais y répondre - ou du moins maintenant - n'était pas dans ses plans.
Alors, qu'allait-elle choisir : rendre les armes et lui dire la vérité, tenter un mensonge qui serait détecté à coup sûr, ou jouer les fières - option qu'on regrettait toujours de choisir dans ce genre de situation - ? Ou bien encore, allait-elle le surprendre ? Que de suspens...

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Merci à Lyria pour le kit ♥️
DCs : L. Regan Castelli, Setsuna Hopefield. Couleur : goldenrod


La classe ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle - La Luna
La luna R
avatar
Messages : 304
Tomates : 160
Date d'inscription : 26/03/2013
Age : 24
Double compte : Mikelangelo A. Sperandei

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Kyrielle
Arcane: La Luna 18ème Arcane
Métier: Tueuse à l'Arcana/Membre de l'Epée
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Dim 19 Jan - 19:13

Qu’est-ce qu’il y a de pire que de se sentir coincé ? Dans de tel moment, on est comme un animal sauvage, on regarde autour de nous l’air perdu, cherchant une issus, quitte à agir de façon irréfléchis voir agressive pour partir. C’est cette sensation qui avait fait partir notre petite brune d’un pas trop pressé pour être naturel, mais surtout ne prêtant nullement attention à ce qui l’entourait. Ayant dans sa petite tête un seul objectif, s’éloigner le plus possible, mettre une distance entre cet homme et elle. Et pourtant elle aurait dût se douter en réfléchissant même qu’un peu qu’il ne l’aurait pas laissé partir aussi facilement. Qu’il l’aurait suivi, ou se serait arrangé pour l’attendre un peu plus loin tiens, en tant que pauvre victime dans l’histoire, la demoiselle ne faisait pas vraiment preuve de grande intelligence dans ses façons de faire. En même temps, il venait de mettre le doigt sur l’un de ses gros points sensible. La jeune fille semble assez souvent calme et intouchable en apparence, sauf si on aborde deux choses. Les hommes, et là je parle bien du sexe opposé et non de la race humain, et son ancienne appartenance avec les Momento. La mettant techniquement en danger des deux côté, puisque du côté d’Arcana elle pouvait être vue comme une ennemis, mais également de Momento, puisqu’elle avait fuie la mort et donc était tout simplement une cible à éliminer lorsque l’opportunité se montrerait. Et si cet homme travaillait pour Elysion, c’était très mauvais pour elle. N’osant en fait même pas imaginer l’appât du gain que ce dernier ferait. Lui ramener la carte de la Lune entière ou non, c’était du beau boulot non ? Moui, enfin pas pour elle hein, elle se passerait volontiers de finir en morceau sur une table d’opération chez eux, juste parce qu’elle avait eu la malchance de posséder une de leur carte. Tout tournait autour de cette dernière à chaque fois…

Elle était cependant plus qu’utile, de toute façon quitte à l’avoir cette carte autant s’en servir non ? Cela serait bête de ne pas utiliser ce pouvoir quand il le fallait vraiment. Par exemple quand sa vie est en danger non ? Ce n’est pas une bonne idée ? Pourtant c’est ce qu’elle fit, laissant cet homme souffrir au sol en se tordant de douleur. Ayant au final l’air totalement ridicule puisque rien de ce qu’il voyait et ressentait n’était réel… Soufflant un coup, le Lune songea à se relever pour fuir. Mais ses jambes se faisait lourde, la peur la paralysait, l’idée de retourner là-bas la terrifiait totalement. Elle se pensait être une femme forte hein ? Ce n’est qu’une idée qu’elle c’était faite, une image, au fond elle est aussi fragile que forte. Et actuellement elle donnait l’impression qu’elle allait se briser en mille-morceau qui on la touchait. En même temps, vous avez vu ce médecin ? Elle l’avait vu une fois et le seul souvenir qu’elle en gardait était cette forte odeur de sang et les cris interminables qu’il avait provoqués dans son laboratoire. C’est du moins ce qu’elle en avait déduit. Tremblant, elle ne bougea même pas d’un pouce lorsque le roux refit son apparition dans son champ de vision, arrivant tranquillement, prenant même le temps de regarder et commenter le peu qu’il avait pût voir de son pouvoir… Le regard vide, elle le fixait, il allait l’emmener hein… ? Cette seule préoccupation ne la fit même pas réagir lorsque sa victime de tout à l’heure eut une réaction assez inhabituelle, dans sa douleur et sa peur il attaqua à l’aveuglette, le mauvais hasard voulu que ce soit-elle la bonne cible. Fermant même les yeux, la petite brune se disait que ce serait certainement moins douloureux de mourir ici… ? Ce n’était heureusement pas encore son heure.

Un cri. Ce dernier la força a regarder ce qu’il se passait et je peux vous dire que c’est assez inhabituel de voir un homme qui a pris littéralement feu, comme ça sans raison apparente. Ce n’était pas comme s’ils étaient dans un incendie non plus… C’était lui… ? La poisse, une Arcane Majeure, voilà pourquoi elle le craignait et le trouvait anormal. Alors que l’homme se roulait par terre en feu, en train de mourir, une flamme arriva sur son mollet droit. Lui arrachant un souffle coupé et une morsure à la lèvre. Son reflexe ne se fit pas attendre, elle colla sa peau désormais à nue à cet endroit contre le sol froid pour tenter d’apaiser et de se débarrasser de ce feu. En vain, ce dernier s’arrêta juste de lui ronger la peau tout seul, lorsque l’homme était immobile, déjà mort… Crispée à cause de cette douleur, des larmes perlèrent sur le coin des yeux, la brûlure ? Elle était incapable de diagnostiquer la gravité de cette dernière, mais tout ce qu’elle savait, c’est que c’était douloureux et que cela lui laissait une marque cuisante, c’était le cas de le dire. Ayant un mouvement de recule inutile en le voyant se poser à côté, son mutisme semblait persistant, la peur lui coupant la voix. Il voulait connaitre son pouvoir exactement.. ? Pourquoi faire… ? Allait-il réellement l’aider à partir… ? La voix coupé à cause de la douleur, n’osant même plus toucher cette jambe douloureuse elle lâcha.

- Pourquoi.. ? Pourquoi devrais-je te croire, tu es as ses ordres…

Tentant une nouvelle fois de reculer, les fesses restant au sol, se trainant. Elle ne fait qu’un pas en arrière en gros, gênée par ses armes, sa jambe.  Elle n’allait pas pouvoir aller loin tient. Soufflant fortement, elle se laissa tomber par terre, fixant le ciel… Pitoyable, elle s’était faite avoir de façon si pitoyable… Tremblante, elle se redressa comme elle pût en position assise, s’aidant de ses mains pour se tenir ainsi. Profitant qu’il la regardait dans les yeux, elle susurra doucement sa phrase pour recommencer, se fût bref. Elle était bien trop épuisée et déconcentrée par sa douleur pour faire quelque chose de plus long, le roux allait juste se prendre un pot de fleur tombé d’une fenêtre de façon plutôt violente… Arrêtant net l’illusion, n’arrivant pas à la maintenir au bout de quelques secondes, elle mit une de ses mains sur sa tête douloureuse, sa vue comme toujours.

- Illusion… La Lune est liée à l’illusion… Retombant épuisée sur le sol, son regard se perdant à nouveau en haut. Qui es-tu à la fin…

C’est vrai quoi, t’as eu toutes les informations que tu voulais t’es content ? La jeune fille n’espérait pas trop s’en sortir en tout cas…

~~~~~~~~~~~~~~~~~

♥️
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn Shirenge - Bagatto
Staff Cookie
avatar
Messages : 307
Tomates : 33
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 24
Double compte : Regan & Setsuna

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Reyn Shirenge
Arcane: Il Bagatto (envers)
Métier:
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Mer 29 Jan - 13:52

Eh bien, on pouvait dire que la soirée était des plus récréatives. En fait, Reyn s'amusait comme un petit fou. On lui avait tout d'abord donné l'occasion de participer à une chasse à l'homme, l'un de ses passe-temps favoris surtout quand des vies étaient en jeu et, en prime, qui s'était avérée pleine de rebondissements. Et maintenant, il avait l'occasion de se jouer d'une pauvre enfant qui n'avait absolument rien demandé, mais avait eu la mauvaise idée de piquer son intérêt. Or quand il avait décidé de faire de quelqu'un une source de divertissement, sa cible serait bien naïve de croire que le choix lui revenait. Il était ainsi, notre trublion favori : voir les autres comme des jouets ne lui posait aucun problème. C'était une mauvaise habitude du point de vue d'une personne lambda, peut-être, mais croyez bien qu'il se fichait bien de ce que les autres pensaient. Ses distractions passaient avant tout, point. Vous aimeriez, vous, qu'on vienne vous déranger alors que vous êtes en train de lire un livre passionnant en vous disant par exemple que cet ouvrage fera de vous un hérétique ? Donc vous comprendrez qu'il aime rire, quitte à employer des moyens mal vus par l'opinion publique. Encore une fois, le rouquin était bien trop égoïste et libertin, pas assez compatissant ou même capable de se retenir, pour se soucier de cela ou même du tort qu'il pouvait ainsi causer. Mais c'était ces mêmes raisons qui le rendaient capable de tout – imprévisible – et, en y ajoutant son sadisme, on comprenait pourquoi il faisait un bon bourreau.

Bref, vous l'aurez compris, aujourd'hui était jour de réjouissances pour lui. La petite Kyrielle avait un caractère et un secret qui la rendaient drôle à taquiner et, évidemment, Reyn ne s'en privait pas. Mais c'était en toute amitié hein, même si la pauvre était terrorisée. On s'amuse bien à faire peur aux gens à Halloween et le premier avril, alors pourquoi est-ce qu'on ne pourrait pas le faire toute l'année ?... Oui, certes, lors de ces deux dates nos victimes savent que c'est le but, tandis que là, la brunette n'en savait absolument rien. Mais en même temps ce serait moins amusant dans le cas contraire, nan ? Ses réactions ne seraient pas aussi désespérées. Oh, oui, il aimait la voir mal à l'aise, galérer pour l'esquiver, pour fuir. Il n'y a rien de mieux pour se sentir puissant, aucune autre preuve ne nous montre aussi clairement notre ascendant. C'était palpitant, exaltant, plaisant. Dans cette situation, le jeune homme en oublierait presque qu'il commençait à apprécier l'anglophone, quel dommage.
En tout cas, quand un homme se jeta sur elle, il ne leva pas le petit doigt pour l'aider. La laisser se débrouiller était cent fois mieux, voyons, surtout si cela lui permettait d'avoir un aperçu de son pouvoir. Lui, peau de vache ? À peine. Qui vous dit qu'il n'avait pas tout simplement confiance en ses capacités d'auto-défense ? Ne me dites pas qu'il aurait tort, vu la manière dont elle s'était débarrassée de ses ennemis jusque là. Cependant, étant donné qu'elle avait un peu l'esprit ailleurs au moment de l'agression donc que celui-ci la prit un peu au dépourvu, Kyrielle n'eut pas d'autre choix que d'employer son dernier recours. Voilà qui faisait les affaires du métis.

Et maintenant que sa curiosité était partiellement satisfaite, plus rien ne l'empêchait de venir en renfort. C'est exactement ce qu'il fit quand, ayant perdu les pédales, l'inconnu se jeta à l'aveuglette sur la brune. Être lié à une Arcane est vraiment utile, surtout quand son pouvoir est aussi offensif que le sien : Reyn avait juste eu à prononcer quelques mots et hop ! Voilà l'autre qui se transformait en flambeau. Efficace, n'est-ce pas ? Bon, en revanche, l'inconvénient du feu est que, de tous les éléments, c'est sans doute le plus difficile à maîtriser. Tout comme le jeune roux, il était imprévisible. Alors les flammes disparurent bien quand l'adversaire rendit l'âme, mais entre-temps, elles avaient malencontreusement atteint la jambe de Kyrielle. Cela ne le rendait pas responsable de sa blessure, d'abord, en plus il venait de lui sauver la vie mine de rien. Mais il était assez gentil pour lui proposer de l'aider. Mais sa méchante vis à vis sembla sceptique. Elle devait l'avoir assez bien cerné, puisqu'elle demanda pourquoi elle devrait le croire. Effectivement, ce ne devait pas être facile dans cette situation (elle était une Arcane majeure travaillant pour le compte d'Arcana, du coup s'il était un pro-Momento comme Karen il l'aurait déjà éliminée puisqu'elle représentait un danger pour la famiglia, sans oublier qu'il avait un caractère de cochon, bref, rien ne laissait croire qu'il allait l'aider comme ça), pourtant il envisageait bel en bien de la ramener à bon port... Contre quelques informations, cela allait de soi, son aide n'était que rarement gratuite. Mais hé, au moins, elle ne se retrouverait pas à galérer avec une jambe dans un sale état et fatiguée.

-Tu n'es pas obligée de me croire, mais tu n'as pas vraiment le choix : tu préfères te traîner jusqu'à Regalo alors que tu n'es pas en bon état, ou te fier à moi qui te garantirais d'arriver rapidement et sans encombre ?

Le choix était vite vu, de son opinion. M'enfin, si la jeune femme ne voulait pas de son aide, libre à elle de jouer les têtes de mule hein.
Cela dit, elle se redressa tant bien que mal en se servant de ses bras et lui rendit son regard, avant de chuchoter quelques paroles. Cela le fit hausser un sourcil, quand soudain une intuition lui souffla de regarder vers le haut... Pour voir de près le vase qui lui arrivait vers lui à toute vitesse. Que-hein ? Mais quelqu'un n'avait pas vu qu'il y avait du monde en-dessous de sa fenêtre, ou quoi ?.. Oh, attendez... Voilà qui était intéressant. Un léger sourire sur le visage, il laissa l'objet venir sans broncher et ressentit une vive douleur quand son visage fut percuté, puis le Bateleur revint à la réalité. La tueuse lui expliqua alors que la lune était liée à l'illusion, répondant ainsi à toutes ses questions.
Wait. Peut-être pas en fait.
La Lune ? Si sa mémoire était bonne, c'était l'Arcane du bras droit de Mondo. Et, toujours sous la même condition, la Lune inversée s'était faite la malle quelques années auparavant, depuis Elysion rêvait de remettre la main dessus pour récupérer la carte. Alors cette fille serait une fugitive réfugiée chez les ennemis des Momento alors qu'elle possède une carte à l'envers et un pouvoir très intéressant ? Ho ho, il était bien tombé... Il se mit à rire, tout d'abord doucement puis avec de plus en plus de force. Le tortionnaire ne prêta aucune attention à la question de Kyrielle, mais reprit tout de même la parole en s'efforçant de reprendre son souffle.

-Toi... Je comprends pourquoi tu as si peur d'Elysion, maintenant... Il pouffa légèrement. Si je te ramenais à lui, certainement que mon salaire et ma côte auprès du chef augmenteraient. Tu ne dois pas ignorer qu'il recherche sa petite Lune intensément...

Bouh le vilain, il cherchait délibérément à l'effrayer. Mais n'empêche, elle était de plus en plus intéressante cette petite. Avoir le cran de fuir les Momento alors qu'on a une Arcane, tout en sachant que le saint patron des fous ne serait pas content... Fallait le faire. Plus ça allait, plus Reyn trouvait des raisons de l'apprécier.
Par la suite, il se releva pour se pencher au-dessus d'elle et la regarder avec un sourire espiègle.

-Tu as de la chance, d'être tombée sur moi. Un autre se serait déjà précipité auprès d'Elysion. Mais comme je t'aime bien, je me contenterai de tenir parole. Il lui tendit alors la main pour l'aider à se relever. Reprenons les présentations : je m'appelle Reyn, membre des Momento et contractant de l'Arcane inversée Il Bagatto. Tu peux marcher ou je dois te porter ?

Admettez que Reyn marquait un point en disant qu'elle avait de la chance. Et attention, Kyrielle pourrait bien être l'une des rares personnes à avoir l'honneur de grimper sur son dos.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Merci à Lyria pour le kit ♥️
DCs : L. Regan Castelli, Setsuna Hopefield. Couleur : goldenrod


La classe ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle - La Luna
La luna R
avatar
Messages : 304
Tomates : 160
Date d'inscription : 26/03/2013
Age : 24
Double compte : Mikelangelo A. Sperandei

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Kyrielle
Arcane: La Luna 18ème Arcane
Métier: Tueuse à l'Arcana/Membre de l'Epée
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Dim 9 Fév - 19:37

Il y a des jours, ou plutôt des moments où on se dit qu'on aurait mieux fait de rester coucher, de ne pas bouger de son lit, comme ça on est sûr que rien de non voulu ne vous arrive, à moins que cela ne soit le plafond qui vous tombe littéralement dessus, mais ça c'est une autre histoire et surtout c'est que la mort vous en veut. Mais là tout de suite, Kyrielle aurait certainement donner presque n'importe quoi pour sortir de là. Se téléporter pour être au manoir Arcana en sécurité. Mais c'est impossible. Ben oui, ce serait certainement un peu trop facile hein ? Et certainement moins drôle pour un roux. Visiblement cela doit être amusant de faire tourner les gens en bourrique, d'appuyer où il faut pour trouver le petit bouton qui serait capable de faire peur à la personne. Il y a toujours quelque chose qui est capable de vous effrayer, du moins, c'est ainsi que marche la plupart des personnes, il y a peut-être des fous sur terre que rien n'effraie ou autre. Mais ce n'était pas son cas à la petite, pas du tout même. Des peurs enfouit, d'autres un peu moins qui mais ne devaient pas se faire savoir non plus. Comment dire à Arcana que vous avez une peur frousse du chef des Momento parce qu'il vous a forcé à passer un contrat avec une Arcane, vous a traîné plus bas que terre, pour ne pas dire également traîner par terre hein. Et qu'il vous destinait à la mort parce que vous n'étiez pas un petit chien suffisamment obéissant à son goût. Non, elle n'est même pas censée le connaître, bien que les souvenirs sur lui soient flou, la rendant incapable de l'identifier. Elle gardant une douleur de cet instant et serait certainement capable de reconnaître cet homme même sans l'avoir vu... Un instinct on va dire. Mais actuellement, le reconnaître de loin ou non ne lui servirait à rien, puisque la jeune femme résignée avait finit par lâcher prise, ne plus avoir la force de se battre, ou plutôt dans le cas présent de fuir hein. Et de dire son pouvoir en priant pour qu'elle puisse bel et bien rentrer chez elle ce soir...

Seulement voilà, elle n'avait pas vraiment attention à un détail, ou plutôt oublier quelque chose qu'il ne se gêna pas de lui rappeler après avoir subit son pouvoir en pleine face, c'était le cas de le dire. Il serait capable de lui offrir une récompense si jamais on lui ramenait sa lune.. ? Effectivement, dit comme ça ses chances de survie était très mince, surtout qu'étant incapable de fuir elle n'aurait plus qu'à espérer que la mort soit rapide ? Moui, même là c'était croire au père Noël en fait. Son regard fatiguée se changea pour laisser une mine totalement effrayée faire son apparition. Elle avait peur oui. Et ne pouvait le nier ni le cacher. Ce serait idiot de sa part et totalement faux, ça Reyn le savait très bien hein. Par terre immobile, bien que de légers tremblement à cause de la peur puissent se faire voir, la demoiselle en aurait presque pleurer. Elle en avait envie au fond d'elle... Pleurer, s’apitoyer sur son sort jugeant qu'elle ne méritait pas une mort si horrible, qu'elle n'avait rien fait pour ? Du moins, pas vraiment non.. ? Que terminer sur une table d'opération mais pas pour subir une opération pour se faire sauver la vie n'avait rien d'enviable... Reyn... Comment pouvais-tu être ainsi avec elle ? Lui faire peur, s'il la tuer elle serait presque reconnaissant envers lui en fait. Mais non... Elle n'était plus maître de ce qui allait lui arriver, chose particulièrement désagréable... Fermant à cet instant les yeux, comme si elle s'attendait à ce qu'il la traîne ou autre pour la ramener, mais rien ne se fît. Juste le tremblement de son souffle était audible. Sa voix à lui coupa à nouveau le silence. Lorsqu'il commença à dire qu'elle avait de la chance d'être tombée sur lui, un simple bruit sortit de sa bouche, non sans trembler, montrant soudainement son incompréhension qui était accouplée avec la peur.

- H-Hein.... ?

Ben ouais. Enfin, elle ne s'attendait pas trop à ce qu'il respecte ce qu'il lui avait dit plutôt. Qu'il irait la rapporter vite fait bien fait pour toucher une récompense ou même bien se faire voir par son chef. Pas agir à l'encontre même de ce que ce dernier voudrait quoi... Comment ça il l'aimait bien et tiendrait parole hein.. ? S'il disait qu'il ne l'aimait pas il l'aurait reconduit sans scrupule ? Quelle drôle de façon de penser... Fixant cette main qui lui était tendue sans bien évidement la prendre, il se représenta, annonçant être un Momento ainsi qu'il possédait la carte du Bateleur. Ah ouais... Cool. Elle était vraiment mal tombée quand même à la base,un Momento parmi la population, il fallait donner un coup de fusil à lui... Hésitante, elle semblait réfléchir un instant bien qu'elle n'ai pas beaucoup de choix devant elle hein ? Bougeant sa jambe non sans douleur, de sa main tremblante et fraîche elle attrapa celle de l'autre Arcane pour se relever. Un peu en vain, puisque la douleur à la jambe fût immédiate et l'empêcha de la poser au sol mais juste de se rattraper lui. La voix légèrement déformée parce qu'elle ressentait.

C'est quoi cette logique ? D'où tu décides que tu m'aimes bien ou même pas pour décider si je dois mourir ou non ? J'avais mes raisons de partir...

Manquant de tomber. Il avait sa réponse sur si elle pouvait marcher ou pas hein. A croire que c'était prémédité ce genre de blessure... Il n'eut pas vraiment d'autre chose que de la porté. Pour son plus grand déplaisir sur le coup il faut l'avouer, être comme ça sur le dos d'un homme... Ah... Non... Pas à l'aise, la peur lui sauta à nouveau à la gorge et cela se sentait, elle était beaucoup moins à l'aise encore que lorsqu'il avait supposé pouvoir la ramener en fait. Ce qui serait presque étrange.

- Pourquoi ne pas me ramener.. ? Je.... je ne veux pas finir sur la table d'opération de ce type...

Voilà de quoi elle avait l'air la pauvre fille. Désespérée, blessée. Portée par un homme ce qui ne l'aidait pas à se sentir mieux, mais en plus songeant plus clairement encore à ce que ce médecin ferait d'elle si on la récupérait... La tête posée sur son épaule d'instinct, des lames coulèrent le long de ses joues, silencieusement, seul son souffle la trahissait...

~~~~~~~~~~~~~~~~~

♥️
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn Shirenge - Bagatto
Staff Cookie
avatar
Messages : 307
Tomates : 33
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 24
Double compte : Regan & Setsuna

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Reyn Shirenge
Arcane: Il Bagatto (envers)
Métier:
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Lun 17 Fév - 23:35

Vous êtes-vous déjà pris un pot de fleur en pleine face ? Eh bien, Reyn, oui... Grâce à Kyrielle. Oh n'allez pas croire qu'elle avait fait tomber un pot sur lui ! Quoi que, techniquement, c'était à peu près ça. Bon, disons plutôt qu'elle ne lui avait pas lâché de truc en céramique dessus de ses deux petites mains fines. En revanche, il devait bien admettre que les illusions qu'elle produisait à l'aide de son Arcane étaient des plus réalistes, pendant un court instant après que le pot imaginaire ait atterri sur sa tête le rouquin pensa même qu'il allait forcément en garder des cicatrices. Il en viendrait presque à être jaloux de son pouvoir – presque hein, parce que le sien était parfait selon lui donc il n'en changerait pour aucun autre. Vraiment, quelle expérience intéressante, elle l'avait beaucoup amusé.
C'est avec cette démonstration que la brune lui dévoila son Arcane.
Avis à tous ceux qui doutaient encore que le Bateleur étant très taquin au point de pouvoir être salaud : comment aurait-il pu se retenir de lui rappeler qu'elle était recherchée par Elysion et qu'il avait parfaitement les moyens ainsi qu'une raison – bah ouais, son profit personnel attendez – de le ramener jusqu'à lui ? Ah, pour le coup, la pauvre petite sembla aussi effrayée qu'une enfant qui a peur que le grand vilain monstre sorte de sous son lit pendant la nuit. C'en était presque drôle, mais il vit bien que mieux valait ne pas trop l'embêter avec ça, alors il coupa court en la rassurant tout en lui tendant la main pour l'aider à se relever – si elle avait été sa fille, il lui aurait dit qu'il ne faut pas se rouler par terre, c'est sale.

Cela dit, Kyrielle sembla surprise que Reyn lui dise qu'il allait quand même l'aider à rentrer à Arcana parce qu'il l'aimait bien. Quoi, elle aurait préféré qu'il l'emmène jusqu'au manoir Momento, qu'il l'apprécie ou non ? Pfeuh. Dans ce cas elle allait être déçue, parce qu'à la place l'anglophone allait apprendre qu'il n'en faisait toujours qu'à sa tête. Notre joli trublion n'était pas du genre à laisser une personne avec qui il sentait une certaine affinité entre les mains de sa timbrée de Famiglia mafieuse, voyons, c'était bien connu qu'il se souciait beaucoup moins des intérêts de son boss que cela. Une carte inversée se balade à Arcana ? On s'en fiche, sa contractante est rigolote !... Ouais, au final, il était tout à fait le genre de type à pouvoir côtoyer n'importe qui du moment que c'était quelqu'un d'intéressant, c'est l'un de ses traits de caractère qui le rendait imprévisible. Vous savez, le rouquin était quelqu'un de très impulsif, il papillonnait sans refréner ses impulsions, qu'elles soient nocives ou non sur son environnement du moment. Il se faisait plaisir vous voyez, après tout les personnes comme lui voyaient plus par leur intérêt que par celui d'une pseudo-famille ou de parfaits inconnus et ne voulaient pas finir frustrés. Mais de son caractère elle ferait mieux de ne pas se plaindre, après tout sans ça elle serait déjà bâillonnée voir assommée et, évidemment, en route vers Tradimento.
Quoi qu'il en soit, la demoiselle ne semblant pas pouvoir tenir sur ses deux jambes sans manquer de se casser la figure, elle se retrouva sur le dos du jeune homme non sans poser une question avant, à laquelle il répondit tout en l'aidant à garder l'équilibre.

-Si ma logique ne te plaît pas, je peux toujours me rabattre sur l'autre. C'est ce que tu veux ? Il lui adressa un petit sourire malicieux. Je n'ai pas besoin de raison pour faire ce que je dont j'ai envie. Et les personnes que je trouve amusantes sont trop rares pour que je les laisse à une fin misérable aux mains des Momento.

Par la suite, Kyrielle monta sur son dos et ils se mirent en route. Point final, chacun rentrait chez soi ? Non non, ce n'était pas fini.
Nos deux protagonistes n'avaient pas encore quitté les petites rues que la brunette se remit à lui poser une question du genre « pourquoi tu m'envoies pas à la mort ? » (ou « pourquoi tu joues les gentils ? » si vous préférez), ce qui le fit soupirer. Ne pouvait-elle pas simplement profiter de sa chance sans se demander pourquoi elle en avait ? Un peu plus et elle allait le faire désespérer, sérieusement. Son ton était légèrement las quand le contractant d'Il Bagatto répondit.

-Je te l'ai déjà dit...

Mais soudain, la sensation que quelque chose d'humide atterrissait sur sa chemise l'arrêta. Tout d'un coup attentif à celle qui avait gagné une balade gratuite sur son dos, il tendit l'oreille et remarqua que sa respiration était lourde et saccadée.
Ow. Heuuu. Est-ce qu'il venait de la faire pleurer, où est-ce qu'elle était juste un peu à fleur de peau avec la tension qui retombe et tout ? Ou bien est-ce que le simple fait d'évoquer Cliyde (ouais parce qu'un type effrayant muni d'une table d'opération ça pouvait pas vraiment être quelqu'un d'autre) lui faisait peur à ce point ? Ce qui était certain, c'était que cette soudaine marque de faiblesse (en fait on aurait dit que tout d'un coup son masque tombait, que ses fissures apparaissaient) le surprit. Après tout la petite Lune n'avait jusqu'ici montré qu'une image forte d'elle, une fille capable de se défendre et impassible. Alors qu'en fait, elle avait des peurs terribles et était bien moins forte qu'on ne pouvait le croire.
Un sourire plus doux que ceux qu'on lui connaissait habituellement, notre pyromane ne put empêcher une pointe de chaleur transpercer dans son ton quand il reprit la parole.

-Toi.. Tu es plus fragile que tu n'en as l'air. Moquerie? Mhh, pas vraiment non, mais en tout cas son ton se fit plus sérieux ensuite. Ne t'en fais pas, il ne t'arrivera rien tant que tu seras avec moi. Après tout, j'ai donné ma parole.

Pour une fois qu'il comptait s'y tenir tiens... D'ailleurs, quand quelques minutes plus tard ils arrivèrent dans une grande rue, ils attirèrent forcément les regards – normal, une fille sur le dos d'un grand roux on voyait pas ça tous les jours – … Mais ce qui dérangea Reyn, c'est que deux/trois passants de sexe masculin observèrent surtout les gambettes de la jeune femme. C'était agaçant, non seulement parce qu'ils lui manquaient de respect – ouais tout d'un coup cela devenait important pour lui, mais en même temps elle venait de se montrer tellement vulnérable que voilà – mais aussi parce que... Elle était sur son dos, quoi, mince ! Alors ces quelques obsédés pervers en manque essuyèrent tous rapidement un regard si lourd de menace qu'ils baissèrent quasi immédiatement le leur. Nan mais oh.
M'enfin. Une vingtaine de minutes plus tard, les deux Arcanes majeures arrivèrent à la gare. Il acheta leurs billets et les installa face à face dans un wagon désert histoire qu'ils soient tranquilles – par chance, le train ne comptait que peu de passagers.

-Bon, nous voilà en route pour Regalo. Je pourrais te porter encore un peu après qu'on soit arrivés, mais je ne suis certainement pas suicidaire, il faudra à un moment que te débrouilles pour atteindre le manoir Arcana. Tu t'en sortiras ?

Demanda-t-il en se laissant aller contre le dossier de sa banquette, bien décidé à se détendre et à reposer ses muscles. Sa vis à vis n'était pas bien lourde, mais il l'avait porté pendant un bon moment donc ça fatiguait à la longue et avait eu droit à une petite dose d'activité physique juste avant, alors ils le tiraient un petit peu.
Le voyage se déroula sans encombre, ils arrivèrent rapidement à Regalo et Reyn accompagna Kyrielle sur une certaine distance avant de s'arrêter.

-Eh bien, c'est ici que nos chemins se séparent. Tu vois, j'ai tenu ma promesse. Ah et, si tu t'occupes bien de ta brûlure, elle ne laissera aucune trace. Alors fais-y attention, ce serait dommage qu'un corps de femme se retrouve esquinté parce que celle-ci n'en a pas pris soin. Puis il lui tapota amicalement le sommet du crâne avec un sourire en coin, avant de détourner les talons. Je compte sur toi pour ne parler de moi à personne, évidemment. À la prochaine, petite Lune~

Et Reyn s'en alla avec un salut de la main, sans se retourner, direction Tradimento. Quand il se retrouva seul sur la route, son regard se porta sur la lune qui brillait dans le ciel.
Kyrielle, hein ? Vraiment intéressante. Espérons que leurs chemins se recroiseront.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Merci à Lyria pour le kit ♥️
DCs : L. Regan Castelli, Setsuna Hopefield. Couleur : goldenrod


La classe ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle - La Luna
La luna R
avatar
Messages : 304
Tomates : 160
Date d'inscription : 26/03/2013
Age : 24
Double compte : Mikelangelo A. Sperandei

Feuille de personnage
Prénom & Nom: Kyrielle
Arcane: La Luna 18ème Arcane
Métier: Tueuse à l'Arcana/Membre de l'Epée
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn] Mer 26 Fév - 18:09

Les choses peuvent se passer comme ce n'est pas du tout prévu ? Eh bien oui, bien plus qu'on ne le pense ! Aujourd'hui, cela devait être mission, comme il y en a tant d'autre. Pas de quoi se poser pleins de questions avant de partir quoi. Mais je pense qu'il fallait tout de même le faire pour tomber sur la seule Arcane à l'envers présente dans la ville. C'est vrai quoi ! C'est loin d'être un tout petit village de campagne, c'est quand même le centre de l'île, alors pourquoi la seule personne que Kyrielle percuta avec ses armes, c'était un rouquin travaillant pour les Momento ? Eh bien il semblerait qu'elle ait soit beaucoup de chance d'être tombée sur lui, soit une poisse monumentale pour croiser un Momento au choix. La petite brune aurait certainement songer à avoir la poisse. A l'instant même où il laissait sous entendre ce qu'il était en réalité, la demoiselle s'était déjà imaginé plusieurs fois retourner chez cette famille de fou. Et cette fois, il n'y aurait personne pour lui permettre de fuir... Tentant une fuite un peu désespérée, voir même désordonnée, certainement à cause de la peur qui l'a rongeait, elle n'eut pas d'autre choix que de parler, et de prier, ou alors de se résoudre à son châtiment, elle avait fuit, il fallait bien que cela se paye un jour. Certains vous dirait qu'on ne peut pas déplacer réellement la date de sa mort, que cette dernière aura vite fait de vous rattraper pour faire ce qui était prévu. Elle n'aurait gagné qu'une petite année au final... Tout était dit, reste à savoir ce qu'il allait faire. Mais justement, rien ne se fît. La pauvre fille effrayée se retrouva porté par l'homme. Pour aller à Tradimento ? On pourrait le penser, mais il certifiait encore la ramener et que c'était parce qu'il l'avait décidé, inutile de chercher plus loin. Vrai que sur le fond, pourquoi s'amuser à lui mentir, alors que dans la situation actuelle il n'avait plus qu'à gentiment la porter à l'endroit où il voulait. C'est à cet instant que le masque de la jeune fille tomba. Elle qui semble toujours impassible à tout, capable de se débrouiller en tout situation, elle n'est qu'au final qu'une jeune femme de vingt ans ayant des peurs et des craintes comme tout le monde. Une demoiselle de petit gabarit qu'il serait facile de la briser en deux si on est un homme ayant une force assez conséquente. Quel changement. D'ailleurs, tandis qu'elle pleurait plus ou moins en silence, la tête posée sur l'épaule du jeune homme, ce dernier qui était jusqu'à maintenant presque agacé de l'incompréhension de la jeune fille qui lui demandait presque de la ramener au lieux de faire semblant, se radoucit. Annonçant qu'elle n'était pas aussi forte qu'elle le montrait.

A cet instant, son cœur se serra, de même que ses petites mains qui attrapèrent le tissu du haut du rouquin qui la portait. Elle n'était pas bien lourde, mais les quelques armes qu'elle avait avec elle devait tout de même en rajouter un peu. C'était gênant... Mais elle ne dit rien, se laissait même faire. Cachant légèrement sa tête comme elle pouvait dans son cou lorsque des hommes non loin d'eux lorgnaient sur eux, ou peut être que sur elle qui avait les jambes plus découvertes encore à cause de sa position et du fait qu'elle portait une jupe, oh, on va dire qu'elle avait de toute façon quelque chose en dessous hein. Cependant, telle une enfant qui s'agrippe à son père ou alors à son grand frère, elle se serra, comme si elle pouvait devenir un sac à dos dans les secondes suivantes et qu'on l'oublierait. Mais bon, au bout d'un moment, ils arrivèrent à la gare où il prit un billet pour pouvoir monter dans le train. C'est vrai alors... Il tenait vraiment sa parole en la ramenant jusqu'à Regalo... ? La destination du train ne pouvait la tromper en tout cas, c'était bel et bien là-bas qu'il se rendait. Mais pourquoi ? Par pur caprice ? Drôle de caprice tient, elle devait certainement penser qu'une récompense digne de ce nom devait être plus important aux yeux de tout le monde que sa petite vie hein. Et pourtant il tenait réellement parole. Ainsi, elle s'était trompée sur son compte... ? Devenue bien plus docile, voir même timide, elle le regardait toujours aussi silencieuse, les joues légèrement rougies à cause des larmes qui ont coulés quelque instant plus tôt. Restant sur la banquette face à lui, elle recroquevilla sa jambes valides contre elle, préférant laisser la blessée tranquille plutôt que de s'arracher encore une fois des grimaces tiens. Il la raccompagnait jusqu'à un certain point dans Regalo avant de la laisser ? Oh elle se débrouillerait bien, dans le pire des cas, il y aurait toujours quelqu'un à Regalo pour la ramener à Arcana, c'est un avantage de cette ville, il y fait bon de vivre... Le regard bas, comme si elle se sentait honteuse de se montrer sous un tel jour, et surtout toujours aussi surprise par la situation, elle lui répondit.

- Ça ira.... M-Merci Reyn... Je te revaudrait ça... Je crois...

Allons bon écoutez-là parler. On dirait une toute autre personne en fait. Mais disons qu'elle n'était même pas certaine de pouvoir lui rembourser cette espèce de dette qu'elle avait envers lui, mais à tout les coups il n'attendait certainement rien de la petite Lune. Serrant ses armes contre elle, son regard se posa sur le paysage qui défilait, ce ciel qui était devenu si sombre... Combien de temps s'était-il écoulé ? Aucune idée, la seule chose qu'elle pensait actuellement, c'était qu'elle venait quand même de se faire sauver la mise par un Momento. Alors lui aussi est quelqu'un de bien dans le fond ? Oh, pas sûr que tout le monde pense ça de cet énergumène, mais laissez-là dans ses pensées la pauvre fille, inutile de la faire paniquer pour rien. Le train arriva à la gare et une nouvelle fois, elle fût aider pour sortir de là. Vint le moment de se séparer. C'est étrange, en fait, elle ne voulait pas qu'il parte. Il était gentil, voir même rassurant... L'art et la manière de changer d'idée sur quelqu'un hein. Mais comment penser le contraire ! Et le pire, c'est qu'elle était tellement dans tous ses états qu'elle n'avait même pas été capable d'être assez bavarde pour tenir la conversation, comme si elle était choquée de quelque chose. Un regard presque triste, aussi triste que surprit en fait jeté sur lui. Alors qu'il lui tapota gentiment la tête pour lui donner quelque indications sur comment s'occuper de sa brûlure. Ah oui... Fixant sa jambe qui avait une sale tête tout de même pour le coup, elle hocha légèrement la tête, passant sa main dans ses cheveux, avec toujours cet air d'enfant surprise. Elle trouva cependant le courage de parler, avant qu'il ne parte, avec son petit air gênée, peinant presque à le regarder dans les yeux.

- Ah Reyn ! Heu... Pardon.. d'avoir douté de toi, tu m'as bel et bien ramené. Heu... J'espère qu'on se reverra hein. Si ça ne te pose pas de problèmes...

Regardez-là. Plus tôt dans la journée elle voulait le fuir et maintenant elle hésite même à lui demander s'ils pouvaient se revoir. Mais bon, si jamais cela lui apportait des problèmes avec cet taré de chef inutile de chercher plus hein. Mais bon, il avait pût l'aider cette fois, pourquoi ne pas se recroiser dans une autre circonstances ? Peut-être que le dialogue serait plus facile entre eux maintenant que chacun avait toutes les informations sur l'autre. Faisant un léger signe comme pour affirmer qu'elle ne dirait bien sûr rien sur cette rencontre, de toute façon elle n'irait jamais raconter s'être fait une blessure à cause d'une arcane renversé qui l'avait au final aidé hein. Mais fit un léger mouvement de la main en le regardant partir, un peu attristée mais au final pas mécontente de la finalité de cette histoire... Se tournant dans l'autre sens, elle entreprit de rentrer, mais bien sûr, se fût un membre de l'Arcana qui au final la croisa et l'aida à retourner jusqu'au manoir où elle expliqua ce qu'il s'était passé, tout en laissant une infirmière lui appliquer ce qu'il fallait pour faire cicatriser cette brûlure et faire tomber la douleur. Quelle rencontre... Elle espérait vraiment le revoir... Oui vraiment...

~~~~~~~~~~~~~~~~~

♥️
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn]

Revenir en haut Aller en bas

J'ai des armes oui. Et ? [Pv: Reyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arcana Famiglia  ::  :: Arte, La capitale :: Grandes rues-